Vinaya Wakanivuga Lyon LOU
. | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Le LOU fait chuter le Stade Français

Publié le , modifié le

Lyon a enfin signé sa première victoire à domicile (la 2e depuis le début de la saison) en venant à bout du Stade Français (18-6) dimanche au stade Gerland, en match de clôture de la 7e journée du Top 14. Grâce à ce succès difficile mais mérité, puisque traduisant de la volonté et de la solidarité, le LOU quitte enfin la place de lanterne rouge, qu'il abandonne à Biarritz.

Pour s'imposer dans cette rencontre très importante, les Rhodaniens, qui  avaient déjà échoué de quelques encablures dans l'antre de Gerland contre Toulouse (19-9) et Castres (18-16), se sont appuyés sur l'efficacité de l'arrière-buteur Romain Loursac, de retour après deux mois d'absence à la suite d'une blessure aux deux cuisses. Dans ce duel de buteur, Loursac a montré la voie, en inscrivant quatre pénalités, et l'ouvreur Xavier Sadourny a passé un drop.

Le LOU s'est montré une nouvelle fois solide en défense avec une bonne  présence dans les impacts, empêchant le Stade français de développer son jeu. Les Parisiens n'ont pu marquer que deux pénalités par Jérôme Fillol. Les Lyonnais, qui ont été entreprenants dans le jeu offensif et supérieurs  en mêlée, menaient 12-6 à la mi-temps.

En seconde période, les Lyonnais ne marquaient que six points avec une  quatrième pénalité de Loursac et une de Régis Lespinas. Ils auraient néanmoins pu mettre un peu plus de panache à cette victoire en obtenant deux essais dont ils sont passés bien près. D'abord par Franck Romanet, qui  avait déjà échoué de justesse en début de partie, puis par les avants dans un enchaînement d'école, repris in-extremis.
Le LOU a su rester discipliné jusqu'au bout, l'une de ses lacunes depuis le  début de saison empêchant le Stade français de se mettre en position de drop ou  de pénalité. Souvent batus dans le dernière minutes lors de leurs sorties précédentes à cause d'une accumulation de fautes, la formation lyonnais a cette fois su parfaitement gérer son succès.