Gaëtan Germain
L'arrière du Racing Gaëtan Germain | AFP - Patrick Kovarik

Le froid réalisme du Racing

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro l'a emporté sur la pelouse de Brive (18-12) vendredi en match avancé de la 10e journée du Top 14, au terme d'une rencontre sans éclat ni relief, où les deux équipes se sont avant tout livrés un combat pour pousser l'adversaire à la faute. A ce jeu là, ce sont les Parisiens qui se sont montrés les plus réalistes et le duel de buteurs a tourné à leur avantage.

Les supporteurs brivistes avaient de quoi pester au coup de sifflet final de l'arbitre....anglais,  M.Garner, qui a souvent, de fait, arbitré... à l'anglaise notamment sur les phases de mêlées. Non seulement leur équipe a perdu, mais pour couronner le tout, ils ont eu droit à un match verrouillé, au goût de rugby anglais. Le jeu au pied a supplanté les offensives, et il n'y eut que peu de moments intenses ou de véritables menaces d'essais. Les Brivistes ont pêché d'abord par manque d'initiatives et en échappant nombre de ballons dans ce match bien terne qui s'est surtout résumé à un combat d'avants et à une succession de chandelles. Pourtant, les débats avaient plutôt bien débuté pour les Corréziens, dominateurs et meilleurs en conquête, avant de s'équilibrer, notamment au score (3-3, 40).

A la reprise, les Franciliens ont réussi leur opération "occupation" et furent récompensés par une nouvelle pénalité de Germain, prenant ainsi l'avantage pour la première fois, avantage qu'ils n'ont plus lâché par la suite. En imposant un gros défi physique aux Brivistes, avec l'appui de son banc, le Racing a confirmé son assise par un drop de Lorée puis deux nouvelles pénalités de Germain (15-6, 71).

Abonnés au bonus (6 avant ce match) cette saison, les coéquipiers de Claasen, réduits à 14 après le carton jaune de Luafutu (70), se sont arrachés pour en accrocher un septième sur une pénalité de Caminati (80+1), à la suite d'une faute au sol de Cronje. Les Brivistes arrachaient donc le bonus défensif. aC'était un moindre mal pour eux qui ont peut-être commis l'erreur de se laisser enfermer dans un match basique, tactique à souhait au cours duquel ils se sont laissés manoeuvrer. Car au résultat final, la performance est francilienne puisque le Racing signe son deuxième succès à l'extérieur consécutif et revient se placer dans le premier tiers du tableau.

Déclarations

Pierre Berbizier (manageur du Racing-Métro): "On a su rester concentré. On avait besoin de se retrouver, on a retrouvé une certaine assise. Le Racing s'attache à faire ce qu'il sait faire. Je suis content de l'état d'esprit qui nous a permis dans des conditions difficiles d'optimiser notre performance. Nous avons remporté le duel de la conquête, on a su gagner cette bataille, notamment celle de l'occupation même si les deux poteaux que l'on trouve en première mi-temps ne nous ont pas permis de concrétiser tout ça rapidement".
Alexandre Bias (3e ligne de Brive): "C'était un match dur. Nous étions dominateurs en première mi-temps. Nous n'avons pas réussi à convertir ça en points, ce qui fait que nous n'avons pas pu rentrer dans le match. Sur l'arbitrage, il y a des décisions difficiles à comprendre sur les mêlées et les groupés pénétrants. A la vidéo, on va avoir quelques migraines".