Brice Dulin
L'arrière du Racing 92, Brice Dulin, s'échappe | AFP - LIONEL BONAVENTURE

Le feu d'artifice du Racing aux dépens de Bayonne

Publié le , modifié le

En match en retard comptant pour la 16e journée du Top 14, le Racing a réalisé un gros carton lors de la venue de Bayonne à Colombes (59-20). Après avoir mené (6-0) jusqu'à la sortie du quart-d'heure de jeu, et alors qu'ils étaient menés (26-13) à la pause, les Basques ont ensuite pris la marée. Ce succès des Racingmen leur fait beaucoup de bien au classement, puisqu'ils se replacent aux portes des places qualificatives.

Dans le froid, l'ombre du Tournoi des six nations et un stade à moitié vide, avec une charnière décimée (Carter, Dambielle, Talès et Chauveau blessés, Machenaud en équipe de France), le champion de France a assuré l'essentiel: une victoire à 5 points qui le ramène à deux unités des derniers barragistes Toulon (5e) et Toulouse (6e).

L'Aviron, en s'inclinant sans bonus pour la 11e fois en 17 journées, a fait de son côté un nouveau pas vers la Pro D2. Les Basques n'ont plus que 9 rencontres pour rattraper un retard de 13 points sur le premier non-relégable Lyon. Dans un premier acte ouvert et truffé d'approximations, les Bayonnais ont pourtant mené au score sur deux pénalités en trois minutes réussies par Bustos Moyano (5e, 8e, 0-6).

Le temps pour les Ciel et Blanc de s'échauffer, avant de lancer la cavalerie: si Thomas échouait de peu à convertir une percée d'Imhoff, Dulin, au milieu d'une forêt de gestes ratés, prenait le dessus sur son vis-à-vis Bustos Moyano et permettait au Racing de passer devant après un quart d'heure de jeu (17e, 7-6). Cinq minutes plus tard, Chavancy, qui n'a pas été rappelé à Marcoussis, profitait du travail de l'ouvreur néophyte Franck Pourteau, dont c'était le tout premier match en Top 14, pour doubler la mise (22e, 14-6).

L'Aviron a réagi par un essai de Martial venant récompenser une belle poussée (27e, 14-13), mais une course de 50 m de Grobler et le Racing reprenait ses distances (32e, 21-13). Szarzewski offrait juste avant la pause l'essai du précieux bonus aux siens (40e, 26-13), sur une soporifique séquence gâchée par la blessure du troisième ligne international Lauret.

Le bonus sécurisé très vite par un second essai de Grobler (44e, 33-13), la seconde période virait à l'anecdotique. Thomas y allait de sa chevauchée en solitaire (47e, 40-13) au milieu d'une défense bayonnaise apathique. Thomas encore une fois (64e), sur un essai gag, Hart (75e) et Andreu (78e) salaient l'addition, Ayarza (67e) sauvant l'honneur pour les visiteurs.

AFP