Martial, Claassen, Cronje
Le Castrais Martial plaqué par le Racingman Cronje sous les yeux de Claassen | REMY GABALDA / AFP

Le CO en costaud, le calvaire du BO

Publié le , modifié le

Invaincu à domicile depuis le début de saison, Castres a résisté au Racing-Metro dans son enceinte (19-15) lors de la 8e journée de Top 14. Dernier du classement, Biarritz, réduit à 14 dès la 9e minute, a connu une 6e défaite consécutive à Bayonne dans le derby basque (27-19). En infériorité numérique à Grenoble dès la 14e minute, Brive a réussi l'exploit d'accrocher le nul (12-12).

Castres est intraitable à Pierre-Antoine. En difficulté loin de ses bases où il n'a jamais gagné, ne remportant que deux points de bonus défensifs, le champion de France en titre est invaincu sur sa pelouse en quatre sorties. Tombeur de Toulon il y a 15 jours, le CO a cette fois accroché le Racing-Metro à son tableau de chasse. Lors de la 6e journée, les Franciliens avaient gagné leur premier match à l'extérieur. Un résultat qui a donné confiance aux hommes de Labit et Travers. De retour sur les terres de leur succès, les anciens entraîneurs tarnais ont manqué de jouer un mauvais tour à la formation qu'ils ont coaché quatre ans durant. Les Ciel et Blanc ouvrent le score grâce à la botte de Jonathan Sexton, auteur d'un sans faute aux tirs au but (4/4).

Rory Kockott ramène les siens, qui profitent du carton jaune de Battut pour prendre l'avantage. Très remuant, l'ailier Marcel Garvey marque un essai sur son propre coup de pied à suivre (13-3, 28e). Portés par leur ouvreur irlandais, les visiteurs reviennent peu à peu pour offrir au public castrais une fin de match irrespirable (16-15, 67e). Auteur d'un mauvais geste, le 3e ligne international français Antonie Claassen rejoint la touche à la 70e minute. Le CO souffre, d'autant que Kockott manque deux pénalités en 2e période. Mais il était écrit que Pierre-Antoine ne tomberait pas. A l'expérience, les hommes de Milhas et Darricarrère conservent leur avantage, bien aidés par leur buteur sud-africain (19-15, 80e). Ce succès replace Castres dans le Top 6 à une unité de leurs victimes du soir.

Biarritz au fond du gouffre

Autre rencontre d'envergure de la soirée, le derby basque entre Bayonne et Biarritz avait une importance cruciale, les deux clubs fermant la marche au classement. Une tension palpable, lorsque le 2e ligne biarrot Taele-Pavihi plaque dangereusement l'ailier bayonnais O'Connor. Dès la 9e minute, M. Berdos renvoie le Samoan aux vestiaires. Un coup dur supplémentaire pour un BO incapable de s'imposer lors de ses cinq derniers matches de Top 14. Avant cette expulsion, Pietersen avait répondu à Bustos Moyano (3-3, 8e). Déjà décisif, O'Connor remet le couvert en plongeant dans l'en-but du voisin honni (19-6, 34e). Au lieu de couler, les hommes de Faugeron réagissent. Sans les trois pénalités laissées en route par leur buteur, ils auraient même inquiété leurs hôtes.

Mais à la 68e minute, le Gallois Mike Phillips tue le suspense, d'un essai de filou sur une pénalité vite jouée à la main (27-12, 68e). Les Bayonnais pensent se diriger vers une victoire tranquille mais la lanterne rouge du Championnat se rebiffe. Dans un ultime baroud d'honneur, Pietersen se fait pardonner ses ratés au pied en allant à dame, pour ramener les siens à portée de fusil du bonus défensif (27-19, 74e). Il aurait même pu être le héros de la soirée, mais sa dernière tentative manquait les poteaux... Dernier, le club du président Blanco pointe à 9 unités du premier non relégable, Bordeaux-Bègles, qui jouera demain à Clermont. 

Brive frôle l'exploit

D'une semaine à l'autre, Grenoble a connu le meilleur et presque le pire. Vainqueurs à Biarritz pour leur premier succès à l'extérieur cette saison, les Grenoblois ont failli se faire surprendre par Brive dans leur stade. Si elles n'avaient connu que la victoire à Lesdiguières jusque-là, les troupes de Fabrice Landreau ont concédé le nul face au promu corrézien. Pourtant réduits à 14 dès la 14e minute de jeu sur un plaquage cathédrale de Sanchou, les Brivistes ont tenu la dragée haute aux Isérois dans une rencontre tendue. M. Ruiz a sorti 4 cartons jaune en 1ère période.

Un acte inaugural dans lequel Grenoble prend les devants grâce au pied de Courrent (12-6). La 2e mi-temps ressemble à la 1ère, avec un duel féroce entre les deux packs. Caminati manque à deux reprises l'occasion d'enfoncer le clou pour les locaux. Germain rate également la cible à deux reprises mais règle la mire dans la dernière demi-heure pour ramener les visiteurs à hauteur (12-12, 72e). Le FCG a frisé la correctionnelle. Avec ces deux points inespérés le CABCL s'éloigne lui de la zone rouge.

Jerome Carrere