Large succès du RCT sur le Racing à Mayol après un festival offensif

Large succès du RCT sur le Racing à Mayol après un festival offensif

Publié le , modifié le

Toulon a réalisé une excellente affaire, lors de la 16e journée du Top 14, en battant le Racing-Métro (32-23), à Mayol. Le RCT, auteur de trois essais en 1ère période, s'est néanmoins fait peur face à des Racingmen transformés en deuxième période. Cette victoire des Varois, face à un rival pour la qualification, leur permet de revenir à trois points du leader, le Stade Français.

Mayol a mis ses habits de lumière. Après cette terrible semaine d'actualité, et au lendemain du (49-13) infligé par le Stade Français contre Castres, l'hommage aux victimes des tueries a pris une nouvelle dimension dans le stade varois. Et cet avant-match, très émouvant, très marquant avec ce "Parce que Charlie" venu conclure l'habituel Pilou Pilou, n'a pas empêché les Toulonnais de démarrer la rencontre pied au plancher. Comme si chacun des acteurs tenait à rendre hommage en mettant du jeu à tous les coins du terrain.

Pour son premier match avec le N.10 dans le dos sous ses nouvelles couleurs, Juan Martin Hernandez n'a pas été avare de prouesses techniques face à ses anciens coéquipiers. "El Mago" a parfaitement ordonné le jeu de son équipe, qui a pris rapidement le dessus. Sur une touche gagnée, Giteau décalait parfaitement Halfpenny qui inscrivait le premier essai de son équipe, le premier de sa carrière avec le RCT (5e). Puis, c'est Juan Smith qui aplatissait un deuxième essai à la 16e, après examen vidéo. Quatre minutes après, l'arbitre infligeait un carton jaune à Roberts, pour un plaquage sans ballon à Mermoz. Le Racing-Métro était ensuite réduit à 13, avec un carton jaune infligé à Planté qui avait annihilé une action (23e). Les Toulonnais en profitaient pour inscrire un troisième essai, par Habana (27e). La différence était énorme entre les deux équipes, mais un ancien de la maison varoise, Andreu, prenait le trou et relançait les siens juste avant la pause (39e) en inscrivant un essai entre les poteaux (22-10).

En deuxième période, les rôles s'inversaient. Un palquage à retardement de Mitchell lui coûtait un carton jaune (42e). Dans la foulée, Roberts allait à l'essai (44e), et entre la transformation et une pénalité de Dambielle (47e), le Racing recollait à (22-20). Les Varois devaient leur délivrance à l'un de leurs maîtres à jouer, Giteau, venu marquer en vitesse, et en allongeant le bras, l'essai de la différence (32-20). Dans une fin de match totalement échevelée, chacune des équipes tentait de décrocher le bonus, offensif pour l'équipe locale, défensif pour les visiteurs. En vain. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze