Bernard Laporte (RC Toulon)
Bernard Laporte (RC Toulon) | AFP PHOTO / BORIS HORVAT

Laporte: "Un gros effort devant"

Publié le , modifié le

Bernard Laporte affichait le sourire comblé de ceux qui ont réussi leur coup, ce samedi dans la zone mixte du Stade de France. Les joueurs retenus par le contrôle anti-dopage, l'ancien sélectionneur du XV de France est le premier Toulonnais à avoir répondu aux journalistes. Il a salué les Castrais et a insisté sur le travail du pack rouge et noir, primordial. Il est également revenu sur la saison difficile du Ercété qui se termine en apothéose.

"Castres, comme Toulouse ou Clermont, est une très bonne équipe. Tu n’arrives pas deux fois de suite en finale sinon. Mais on a réussi à s’imposer, logiquement je pense. On a fait un gros effort sur le paquet d’avants. On récupère des pénalités. On aurait pu gagner plus largement mais on ne marque pas dans nos temps forts du début de match. Quand Max Evans marque l’essai avec l’aide de Rory Kockott, j’ai pensé au remake de l’an dernier. Deux fois, ça faisait beaucoup. Heureusement on marque derrière.

"Le bateau n’a pas chaviré"

Le déclic, il est venu lors de la victoire contre Biarritz. En janvier, on n’était vraiment pas bien. Quand on arrache la victoire face au BO, j’ai dit aux mecs que c’était un signe, qu’on était passé tout près du chavirage mais qu’on n’avait pas chaviré. Et quand vous êtes près du précipice et que vous ne tombez pas, vous rebondissez derrière.

"On a récupéré des mecs frais"

Durant la remise des maillots, je n’ai pas voulu parler de Jonny parce que je ne voulais pas qu’on soit tous trop émus. Lui aussi d’ailleurs avait peur de la remise des maillots. On ne voulait pas être en pleurs. On a parlé du match à faire. Je leur ai dit ceci : ce sont eux qui sont champions les gars, pas nous. Ils sont le Bouclier. Et c’est dur d’aller prendre quelque chose à quelqu’un. Je le sais, on était dans la même situation en H Cup. Quant à Jonny, c’est la classe. Sa retraite va laisser un grand vide. Comme quand Zidane a arrêté.

On a eu des blessés cette saison mais c’est peut-être ça qui nous sauve. On perd 5-6 mecs pour quelques semaines voire quelques mois, et on les récupère frais, surtout mentalement en fin de saison. Le banc a été primordial cette année, plus que la saison dernière. Quand vous avez Ali Williams à la place de Rossouw, Castrogiovanni à la place de Hayman, Armitage pour remplacer Masoe… Je tiens à dédier cette victoire à Boudjellal. Il est allé chercher le club en ProD2 et il l’a relancé".

Grégory Jouin @GregoryJouin