Bernard Laporte
Bernard Laporte | PASCAL PAVANI / AFP

Laporte: "Personne ne demande à souffler"

Publié le , modifié le

Six jours après sa victoire en Coupe d'Europe, Toulon s'apprête à affronter Toulouse, en demi-finale du Top 14. Pour cette revanche de la finale 2011-2012, Bernard Laporte joue la continuité: "Ce sera quasiment la même équipe, hormis Fred (Michalak) qui va attaquer et Rocky (Elsom) sur le banc. (...) De toutes façons, personne ne demande de souffler et puis on a six remplaçants devant, ça permet de changer tôt."

- Est-ce dur de remotiver les joueurs quelques jours après un sacre  européen ?
 Bernard Laporte: "
Non, ce n'est pas difficile. Quand tu as le privilège de jouer ce  genre de matches, sincèrement c'est du bonheur. Regardez d'où on vient. On  représente un club on ne va pas faire les compliqués et dire: une demi-finale,  on ne veut pas la jouer, on n'est pas motivé car on vient de gagner une Coupe  d'Europe. Ce ne serait pas l'image de gens qui aiment la compétition. On est à  80 minutes d'une finale au Stade de France, rien que ça...En plus on joue le  Stade toulousain, club pour lequel on a beaucoup de respect, donc on se prépare  en conséquence. Voilà, on oublie ce qu'on a fait samedi dernier. Quand je dis  on oublie: ça reste gravé bien sûr à vie dans nos têtes mais on se refocalise  sur ce qui arrive."
   
- Pourquoi faire très peu tourner votre équipe ?
B.L.:
"Ce sera quasiment la même équipe, hormis Fred (Michalak) qui va  attaquer et Rocky (Elsom) sur le banc. Quand on regarde, il y en a beaucoup qui  sont sortis à la 60e minute. Si on n'est pas capable de jouer 60 minutes, c'est  qu'on se serait trompé ! Le seul qui a beaucoup joué c'est Carl (Hayman). C'est  celui qui a le plus été mis au repos. Mais on a Kubri (Kubriashvili, ndlr) sur  le banc, peut-être qu'on fera tourner plus tôt. Andrew (Sheridan), dès mardi il  faisait du squat à 180 kg, il n'est pas fatigué ! De toutes façons, personne ne  demande de souffler et puis on a six remplaçants devant, ça permet de changer  tôt."
   
- Quel est votre discours envers vos joueurs ?
B.L.:
"Je dis que ce qu'on a fait est énorme. En 20 mois, être champion  d'Europe. En 20 mois, jouer trois finales (Challenge européen 2012, Top 14  2012, Coupe d'Europe 2013, ndlr), en gagner une et être encore en demi-finale  (de Top 14) personne ne l'a fait. Au-delà de cette prétention et de cette  légitimité, je les valorise, je les félicite, je leur dis que le compétiteur,  celui qui aime le sport de haut niveau, il sait se remettre en question, il  sait que ce qui est acquis, c'est seulement à l'instant T. Après il faut  remettre les tennis, suer, s'entraîner encore, se repréparer."

"Un match engag​é"

- Quels enseignements avez-vous tiré de la victoire face à Clermont ?
B.L.:
"On a fait beaucoup de vidéo. On a rendu trop souvent le ballon,  notamment derrière. Notre cinq de devant, de par sa qualité défensive, de  placement et de replacement, nous a permis d'être champion d'Europe. Quand tu  regardes, notre cinq de devant a réalisé 45% de nos plaquages. C'est énorme. Il  y a des statistiques que je n'avais jamais vues."
   
- A quel type de match vous attendez-vous contre Toulouse ?
B.L.:
"On s'attend à un match engagé, face à une équipe de Toulouse complète  avec de grosses individualités. Ce n'est pas le plus gros budget de France pour  rien. On s'attend à un très gros match, mais comme je dis, une demi-finale  c'est toujours du 50-50. Après, ils n'ont pas eu à jouer un quart de finale,  demi-finale et finale (de Coupe d'Europe). Leur principal atout c'est surtout  la qualité de leurs joueurs. Nous, on a beaucoup travaillé sur la récupération.  C'est pour ça qu'on a fait un entraînement tous les jours, mais très léger."
   
- La défaite contre Toulouse (18-12) en finale de Top 14 l'an dernier  est-elle un ressort psychologique que vous utilisez ?
B.L.:
"Si c'était le même groupe, la même équipe, ça pourrait effectivement  jouer. Mais Sheridan ne jouait pas, Hayman ne jouait pas, Masoe ne jouait  pas...Pour ceux qui l'ont jouée peut-être, mais c'est difficile de ne parler  qu'à certains."

AFP