Bernard Laporte
Bernard Laporte | AFP - Eric Piermont

Laporte en homme fort du Stade Français ?

Publié le , modifié le

Le retour de Bernard Laporte au stade Français est quasiment acté. Dix ans après sa dernière apparition sur le banc parisien, l'ancien ministre des sports, ancien sélectionneur du XV de France, et entraîneur du club parisien, devrait revenir dans les travées du Stade Jean Bouin, mais cette fois du côté dirigeant, aux côtés du président Max Guazzini, selon une information du "Parisien".

Un temps annoncé à Bayonne, avec lequel il avait noué des pourparlers avancés et soutenu par le sponsor principal Alain Afflelou pour prendre des responsabilités à l'Aviron, Laporte s'est ensuite vu signifier une fin de non-recevoir par le président Salaigoty avec lequel il était entré en conflit ouvert.

Qu'à cela ne tienne, celui qui fut longtemps l'homme fort du rugby français, désireux de revenir en Ovalie, devrait finalement faire son retour dans son club fétiche, le Stade Français. Pour ce faire, il a sérieusement activé la recherche de nouveaux investisseurs: Les nouveaux propriétaires seraient canadiens et prendraient 51% desparts en investissant 12 millions d'euros dans le club, d'après lequotidien francilien. Ce qui devrait constituer une nouvelle donne dans l'organisation à la fois administrative et financière du club.

Financière d'abord, car cette manne va permettre au Stade Français de retrouver un peu de marge de manœuvre après deux saisons sans coupe d'Europe. Il va lui permettre de combler son déficit -ce qui est de bon augur devant le passage du club devant la Direction nationale du contrôle de gestion- de travailler sur ses investissements mais aussi, sur un plan sportif, sur le recrutement avant la date de clôture du marché des transferts fixée au 15 juin.

Administrativement, cela va sans doute bouleverser à terme l'organigramme du club.Bernard Laporte, 46 ans, est annoncé dans un rôle ponctuel de N.2 incarnant le renouveau du club en intégrant la hiérarchie dirigeante. Il sera dans unpremier temps aux côtés de Max Guazzini, qui conservera au moins 16%des parts. Mais les nouveaux investisseurs pourraient souhaiter à terme pouvoir disposer de tous les leviers et de davantage de latitude pour agir, et devraient donc  logiquement s'appuyer sur leur pièce maîtresse que constitue Bernard Laporte. D'ici à ce qu'il accède à la présidence, il n'y a qu'un pas.

De toutes façons, Max Guazzini n'avait pas le choix. Il y a un mois, il réaffirmait que , ne peut que la poursuite de l'ouverture du capital était "indispensable pour "garantir l'avenir du club", sans exclure formellement de céder la majorité. Bernard Laporte souhaite stabiliser la situation du Stade Française et lui redonner ses lettres de noblesse. Ces deux dernières saisons ont été marquées par une succession d'événements (baisse du budget, changements d'entraîneur, oppositions à la reconstruction du Stade Jean-Bouin) mais aussi par le retour au premier plan du Racing-Métro, situé dans les Hauts-de-Seine. Comme sur le terrain, Laporte va sans doute essayer de "revenir aux fondamentaux" pour redynamiser un club parisien qui a perdu de sa prestance depuis deux ans.

Max Guazzini  a pris la présidence du Stade Français en 1993. Le club a remporté depuis cinq titres de champion de France (1998, 2000, 2003, 2004, 2007) et disputé deux finales de Coupe d'Europe en 2001 et 2005.  Le Stade Français n'a cependant plus remporté de titre depuis 2007 et va manquer la phase finale du Top 14 pour la deuxième
année consécutive.