Laurent Labit, l'un des coachs du Racing-Métro
Laurent Labit, l'un des coachs du Racing-Métro | AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Labit: "savoir saisir toutes les opportunités"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Racing-Métro Laurent Labit a évacué vendredi toute tentation de traiter à la légère le déplacement de son équipe dimanche à Toulouse, dont les incidences au classement seront limitées, appelant ses hommes à "savoir saisir toutes les opportunités".

C'est un déplacement sans grande pression au final au vu de votre  position au classement (4e)?

Laurent Labit: "On a fait une bonne première partie de saison mais on n'a pas de  garanties pour la suite. Durant la phase retour, on va recevoir quasiment tous  nos concurrents pour la qualification mis à part Toulon. Ce sera dangereux et  on aura tout autant de pression. Alors, certes, si l'issue du match à Toulouse  nous était défavorable, ce ne serait pas catastrophique. Mais on y va dans  l'idée de faire non seulement un bon match mais aussi un résultat. Quand cela  se présente il faut savoir saisir toutes les opportunités dans ce championnat  très compliqué. Et puis, on essaye d'anticiper un peu. La satisfaction c'est  qu'on a peu de blessés aujourd'hui, ça nous permet de prévoir les échéances,  que ce soit ce match à Toulouse mais aussi la réception de Bordeaux la semaine  prochaine qui est importante pour nous, un déplacement à Toulon en suivant.  Mais ce sera surtout les deux rendez-vous de Coupe d'Europe avec Trévise à la  maison et le match à Northampton qui sont nos gros objectifs de janvier."


   
Comment avez-vous organisé votre semaine entrecoupée de trois jours  obligatoires de repos ?

L.L.: "Ce n'est pas évident pour préparer des matches de ce niveau-là. C'est  pour ça que l'on a alerté Provale (le syndicat des joueurs, ndlr) en leur  disant qu'il fallait s'entraîner un peu en début de semaine. Provale  préconisait quasiment six jours de repos. Ca a été un peu dur d'avoir une  réponse de la part du syndicat. Mais je pense que si elle avait été négative on  se serait entraîné quand même car les joueurs nous l'ont demandé aussi. On ne  peut pas préparer des matches de cette intensité après une semaine entière de  repos, c'était impossible."   

Comment situez-vous Toulouse cette saison ?


L.L.: "Toulouse sera dans les six à la fin de la saison, je ne me fais pas de  soucis pour eux. Toulouse a été ballotté car ils ont eu des blessés à des  postes importants, des joueurs qui n'étaient pas à 100%. Mais ils ont des  éléments de très grande qualité, un staff très expérimenté, ils ont su  redresser la barre et ils sont invaincus en Coupe d'Europe qui est la  compétition qui souvent les remet sur les rails. On sait que l'on aura un match  très difficile dimanche car ils ont auront en mémoire le barrage de l'année  dernière (victoire du Racing 21-16) et le match aller aussi (27-16). Dans  l'intensité et l'engagement, on part sur un match du type Coupe d'Europe, il  faut que l'on se mette dans ces conditions-là."