Laurent Labit
Laurent Labit | France 2

Labit: "Nous avons notre destin en mains"

Publié le , modifié le

Castres, barragiste depuis la victoire contre Clermont (30-19) samedi, a "son destin en mains", a déclaré son entraîneur Laurent Labit, car le club se doit de battre Bayonne, lors de la 26e journée du Top 14 de rugby, pour obtenir le droit d'accueillir le match de barrages.

Q: Quel est votre état d'esprit avec votre accession en barrages obtenue contre Clermont?
R: "C'est une satisfaction d'atteindre ce niveau de compétition pour la troisième année consécutive. Nous sommes qualifiés, nous avons respecté notre tableau de marche, mais ce n'est qu'une première étape, une première échéance. Maintenant, il faut aller plus loin, battre Bayonne pour recevoir ce match de barrage, même si nous envisageons de délocaliser. Nous avons notre destin en mains".

Q: La défaite de Brive à Bordeaux n'a-t-elle pas changé la teneur de cette dernière partie?
R: "C'est vrai que nous nous attendions à jouer contre des Bayonnais qui allaient venir en voulant sauver leur peau. Ce n'est plus le cas, il est pratiquement sûr que l'Aviron évoluera en Top 14 la saison prochaine. Je ne vois pas comment Brive pourrait prendre les cinq points à Clermont en même temps que les Basques repartiraient bredouilles de Castres. Les Bayonnais vont venir sans trop de pression, est-ce une bonne chose? Pas si sûr! Ils peuvent être décomplexés après avoir joué bien des rencontres-couperets. Il est impossible de se faire une idée précise du visage que les Bayonnais vont montrer: celui d'une équipe décomplexée avec leurs individualités ou celui le plus souvent affiché cette année, avec des productions souvent irrégulières".

Q: A propos d'individualités, on a vu un très bon Evans samedi. A-t-il enfin trouvé ses repères?

R: "Il a ouvert son compteur en marquant un essai. C'est un soulagement pour lui. Je suis d'autant plus content que la réaction de ses coéquipiers, qui sont tous allés le féliciter, prouve que c'est un joueur apprécié par le groupe. On a pu voir contre Clermont que ce n'était pas un joueur comme les autres, son coup de pied (un extérieur savamment dosé, ndlr) qui amène l'essai de Romain Martial, est une petite merveille. J'espère que, comme Romain, qui a mis du temps à s'adapter et enchaîne les bonnes performances, il a pris son envol. Ça tombe au meilleur moment pour nous avec les matches décisifs qui s'annoncent".

AFP