Bernard Laporte
Bernard Laporte (Toulon). | GERARD JULIEN / AFP

La suspension de Laporte durcie en appel

Publié le , modifié le

La suspension de 13 semaines infligée le mois dernier au manager de Toulon, Bernard Laporte, à la suite de ses propos contre l'arbitre de la rencontre perdue par le RCT contre Grenoble en janvier, a été portée à 16 semaines en appel par la commission de discipline de la Ligue.

Bernard Laporte, sanctionné pour des insultes envers l'arbitre Laurent Cardona, est interdit "d'accès au terrain, aux vestiaires des arbitres et  joueurs et aux couloirs menant à ceux-ci durant trois semaines supplémentaires soit jusqu'au 3 juin 2014" , affirme le RCT dans un communiqué. Ce qui porte la suspension jusqu'à la fin de la saison. "Outre cette extension de peine, le manager toulonnais ne +pourra pas  entrer ou tenter d'entrer en communication de quelque manière que ce soit avec  les officiels ou avec les joueurs ou l'encadrement sportif du club, durant les rencontres", ajoute le club varois, sans indiquer s'il déposera un  recours devant le Conseil national olympique et sportif français (CNOSF).

Saison terminée sur le banc

Quelques jours après la défaite à domicile face à Grenoble, l'ancien sélectionneur du XV de France s'en était pris à M. Cardona sur RMC Sport, radio dont il est consultant: «Sur la dernière action, on fait une erreur stratégique. Mais ce n'est pas parce que nous, on fait une faute, que l'arbitre doit en faire pendant 80 minutes, avait-il lâché, Je ne peux plus cautionner qu'il nous arbitre, il nous vole à chaque fois. Ce n'est pas que sur cette action qu'il est nul, il est nul tout le match. Il est toujours nul (...) Je ne peux plus supporter que ce genre d'incompétent vienne gérer mes émotions.»

Quelques jours plus tard, en marge de la victoire de ses joueurs face à Cardiff en Coupe d'Europe (43-20), Bernard Laporte avait remis le couvert, qualifiant Laurent Cardona de «pipe» et d'«incompétent». C'est la deuxième fois que l'ancien entraîneur du XV de France est  sanctionné pour des propos contre un arbitre. Il avait déjà été interdit de banc et de vestiaire 60 jours en 2012 pour des propos injurieux envers l'arbitre Romain Poite

Christian Grégoire