Jeremie Maurouard La Rochelle Toulouse
Jeremie Maurouard navigue dans la défense de Toulouse | XAVIER LEOTY / AFP

La Rochelle confirme devant le Stade Toulousain

Publié le , modifié le

La Rochelle ne lâche rien en top 14. L'équipe surprise du championnat ne surprend plus. Elle est de plus en plus solide et s'affirme sérieusement comme prétendante à la qualification, après une nouvelle victoire (27-21) dimanche sur la pelouse du Stade Toulousain lors de la 19e journée. Bien que malmenés jusqu'au bout, les Maritimes ont eu suffisamment de ressources pour résister et signer une victoire importante qui leur permet de s'installer seuls en tête du classement. Dans l'autre match du jour, le Stade Français à dominé Bordeaux (32-9).

Grâce à cette cinquième victoire de la saison à l'extérieur, les Rochelais ont assis leur domination sur le championnat avec quatre points d'avance sur Clermont, battu samedi à Castres (16-26). Après Toulon lors du dernier déplacement des Maritimes (23-20), c'est Toulouse, le grand club historique du rugby français avec 19 Brennus à son palmarès, qui est tombé dans son antre. Une troisième défaite à domicile de la saison pour la maison rouge et noire qui risque de voir son angoisse la plus profonde se matérialiser: être absent des phases finales pour la première fois depuis 40 ans, une issue inimaginable il y a quelques années et qui reflète le déclin entamé depuis son dernier titre en 2012.

Huitième à quatre points du Top 6, Toulouse devra plus que jamais engranger des victoires à l'extérieur chez des concurrents directs comme l'UBB, Toulon ou Castres, s'il veut conserver un espoir d'accéder aux barrages. Comme un symbole de la puissance rochelaise, le centre fidjien Levani Botia, aligné en troisième ligne, a marqué le début de la rencontre en envoyant valser l'ailier toulousain Alexis Palisson (13e), totalement groggy après cette charge dévastatrice. Sevrés de ballons, déficients en touche, les Toulousains ont été contraint de défendre tout au long de la première mi-temps et été poussés à la faute par les Rochelais qui ont concrétisé leur domination au tableau d'affichage grâce au pied de Zack Holmes (4, 14, 21, 24), futur Toulousain.

Sonnant la révolte au retour du vestiaire sur un essai rageur de Josefa Tekori (51e, 11-12) puis à quelques minutes du terme par Julien Marchand (73e, 21-27), les Toulousains ont campé en vain après la sirène à quelques centimètres de la ligne rochelaise pour tenter de l'emporter sur le fil. Mais les Maritimes, qui ont consolidé leur avance grâce à deux essais de Qovu (57) et Aguillon (69), ont fini par leur faire comprendre qu'il n'y avait plus qu'un Stade. Et il est Rochelais.

Le Stade Français se relance 

Le Stade Français, vainqueur bonifié de Bordeaux-Bègles (32-9), a retrouvé son panache offensif lors de huit minutes de feu et pris un point d'avance sur la zone de relégation. Avec ce large succès, les Parisiens, mis sous pression par les victoires de Lyon (12e) et Grenoble (13e), brisent une série négative (3 revers de suite) et reprennent de l'air au classement.

Les Girondins n'ont jamais semblé en mesure de renverser le cours de la rencontre face à des Parisiens qui ont fait la différence pendant huit minutes de folie (10-18e) au cours desquelles ils ont inscrit trois essais, s'assurant ainsi les cinq points au bout d'un gros quart d'heure de jeu. Ce festival a été l'oeuvre des trois-quarts. C'est d'abord l'ailier Waisea, servi au pied par Jules Plisson (10e), qui a frappé malgré un appel à la vidéo de l'arbitre pour un soupçon d'en-avant. C'est ensuite Djibril Camara, aligné au poste d'arrière et qui, plaqué à cinq mètres de la ligne, s'est montré irrésistible pour la défense bordelaise (15e). Et comme l'international français doit faire ses preuves à Marcoussis, il enchaînait trois minutes plus tard par un cadrage débordement avant d'offrir à l'autre ailier, Jérémy Sinzelle, un essai en coin (18e). Au rayon satisfactions, Gonzalo Quesada peut aussi se satisfaire d'une infériorité numérique sans conséquence après le carton jaune administré à Geoffrey Doumayrou (31e). En seconde période, l'équipe de Quesada s'est contentée de gérer son avance, gâchant plusieurs belles occasions face à un XV bordelais sans réaction. 

Pour l'UBB, le cauchemar continue: elle en est désormais à sept matches de championnat consécutifs sans victoire, et a dit définitivement adieu à la phase finale, son objectif de début de saison.

AFP