Mourad Boudjellal RC Toulon portrait 2010
Mourad Boudjellal, le président du Rugby Club Toulonnais | AFP - Patrick Valasseris

La nouvelle offensive de Boudjellal

Publié le , modifié le

Le président du RCT, Mourad Boudjellal, n'est plus à une saillie près. Sur RTL, il a évoqué un possible boycott du XV de France par les joueurs toulonnais, pour répondre aux pressions de la Fédération française dans le dossier de la Coupe d'Europe. Mais il n'a pas été suivi par les autres présidents de clubs français, réunis au sein de la Ligue nationale.

Mourad Boudjellal aime parler. Et il aime faire parler de lui. Et comme l'homme a des convictions, qu'il les assume, cela fait régulièrement des vagues. Faisant partie des présidents offensifs pour créer une coupe d'Europe parallèle à celle organisée par l'ERC, il n'a toujours pas apprécié le jeu joué par la Fédération française dans ce dossier. "Si vous ne jouez pas la Coupe d'Erope, eh bien nous ne renouvellerons pas la convention (qui lie la FFR et la LNR) et nous monterons une section professionnelle à la fédé qui gérera le Top14", résume-t-il à sa manière. A ce moment-là, il aurait aimé que la Ligue et les présidents de club demeurent inflexibles et aillent au bout de leur démarche, du conflit: "On n'a pas su répondre à ça. Moi, j'étais prêt à aller jusqu'au boycott de l'équipe de France. Vous ne signez pas la convention ? Eh bien aucun joueur ne rejoindra l'équipe de France. Vous nous pourrissez le Top 14 ? Eh bien on vous pourrit le Tournoi des Six Nations. Là, on aurait été à armes égales."

Les autres présidents de club n'ont visiblement pas été du même avis. Un peu seul, Mourad Boudjellal en est arrivé à la conclusion que le projet, mis en sommeil par les clubs français la semaine dernière, ne verrait pas le jour. Le 23 octobre dernier, pour protester contre la volonté de la LNR d'imposer plus de 55% de Jiff (Joueurs issus des filières de  formation) sur les feuilles de match en Top 14, il avait annoncé que Toulon ne participerait pas au projet dissident. "Je représenterai la France tout seul, s'il le faut. Et on prendra les  droits télé tout seul", avait-il alors clamé. Iconoclaste, Mourad Boudjellal reste fidèle à sa ligne de conduite.