Les Toulousains Vincent Clerc et Clément Poitrenaud soulèvent le Bouclier de Brennus
Les Toulousains Vincent Clerc et Clément Poitrenaud soulèvent le Bouclier de Brennus | REMY GABALDA / AFP

La finale du championnat de France 2014 dès le 31 mai

Publié le , modifié le

La finale de la saison 2013-2014 de Top 14 sera organisée le samedi 31 mai, soit deux semaines après les demi-finales, a annoncé la Ligue nationale de rugby à l'issue de son comité directeur. Si la date de reprise (16-17 août) était déjà connue, la LNR a précisé le calendrier de la prochaine saison, fixant ainsi au week-end du 3-4 mai la dernière journée de la saison régulière.

Une journée - la 15e - a été maintenue entre Noël et le jour de l'An, le  week-end du 28-29 décembre. Il y aura deux doublons avec le Tournoi des six nations la 19e journée  tombant en même temps que pays de Galles-France (week-end du 21 au 23 février)  et la 21e journée étant programmée le week-end de France-Irlande (14 au 16  mars). L'organisation de ces deux dates doit être encore affinée, a annoncé la  LNR. Les barrages se dérouleront le week-end du 10-11 mai et les demi-finales  les 17 et 18 mai. Le calendrier du Top 14 sera soumis à l'approbation du comité  directeur de la Fédération française de rugby.

La LNR et la FFR ont entamé lundi les premières discussions visant à  renégocier la convention entre les deux instances, qui vient à échéance le 30  juin 2013. Cet accord régit notamment la mise à disposition par les clubs de  leurs internationaux, un enjeu sensible pour les deux parties notamment durant  les fenêtres de doublon. L'entraîneur du XV de France Philippe Saint-André réclame par exemple de  pouvoir disposer de ses joueurs 13 jours avant le Tournoi des six nations, au  lieu de 10 cette année: or, pour la saison à venir, la 17e journée de Top 14  est programmée une semaine avant le choc France-Angleterre, le 1er février en  ouverture du Tournoi.

Salary cap à 10 millions d'euros

Le "salary cap", système de plafonnement de  la masse salariale des clubs professionnels de rugby en France, a été relevé de  9,5 à 10 millions d'euros pour les saisons 2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016. Outre l'augmentation du seuil, la Ligue a décidé de ne pas intégrer dans le  calcul "la rémunération des joueurs espoirs", à condition qu'elle "n'excède pas  50.000 euros bruts". L'objectif est de "favoriser le développement de la  formation", selon la Ligue.

Le comité directeur de la Ligue a en revanche décidé de prendre en compte  une petite partie des contrats de droit à l'image des joueurs dans le calcul  qui s'attachait jusque-là principalement aux salaires et non aux rémunérations  annexes. "Notre volonté première était de stabiliser les masses salariales sur le  long terme", a déclaré à l'AFP Paul Goze, président de la LNR.

Depuis son instauration pour la saison 2010-2011, le "salary cap" a  progressé d'année en année: 8 M d'euros au départ, 8,7 M d'euros en 2011-2012  et 9,5 M d'euros cette saison. A titre de comparaison, la Ligue anglaise (Premiership) a fixé le "salary  cap" à 5,25 M d'euros pour la saison 2012-2013 mais de nombreuses voix  demandent son augmentation pour rivaliser avec le championnat français.

Reprise des négociations pour la réforme des Coupes d'Europe

Les négociations pour la réforme des Coupes  d'Europe de rugby, au point mort depuis plusieurs mois, vont reprendre "dans  les prochaines semaines", a confessé Paul Goze. Les discussions étaient bloquées depuis le 12 décembre en raison d'un  contrat que la Ligue anglaise (Premiership) a annoncé avoir signé avec BT  (British Telecom) pour la diffusion des matchs européens des clubs britanniques  à partir de 2014-15. L'ERC, organisateur des Coupes d'Europe, le considère comme "illégal" car  selon son règlement, il est le seul organe habilité à négocier les droits de  diffusion. L'ERC a d'ailleurs déjà prolongé son contrat avec Sky jusqu'en 2018.

Les clubs français et anglais, poids lourds économiques et sportifs du  rugby européen, demandent une refonte des compétitions, en s'appuyant sur un  système de qualification homogène qui entraînerait une réduction de 24 à 20 du  nombre d'équipes en Coupe d'Europe. Les Celtes (Irlandais, Ecossais, Gallois) et Italiens, qui évoluent en  Ligue celtique, s'estiment lésés par ces propositions et y voient une volonté  de les affaiblir.

AFP