Scott Spedding, arrière de Clermont
Scott Spedding, arrière de Clermont | XAVIER LEOTY / AFP

La FFR refuse le statut de Jiff à Scott Spedding

Publié le , modifié le

Cruelle désillusion pour Scott Spedding. L’arrière de Clermont n’a pas obtenu le statut de Jiff (Joueur issu des filières de formation). L’information est révélée par le Journal du dimanche. Alors qu’il est en fin de contrat avec le champion de France en titre, c’est un dur revers pour celui qui menait une bataille juridique depuis plusieurs mois. On vous explique pourquoi.

Ce vendredi, le comité directeur de la Fédération française de rugby s’est réuni pour statuer sur le cas de Scott Spedding. Malgré les 23 sélections du Sud-africain d’origine, la décision est négative, confirmant le vote « contre » de la Ligue nationale de rugby en décembre dernier, puis de la commission d’appel de la FFR en janvier. Pourtant, le Comité national olympique du sport français (CNOSF) avait émis un avis favorable le 29 mars pour l’obtention du statut de Jiff par l’ancien joueur de Bayonne.

• Quels sont les critères pour être Jiff ?

Pour décrocher le précieux sésame, deux conditions : avoir passé trois ans dans un centre de formation ou avoir joué cinq ans dans un club français avant ses 23 ans. Or, Scott Spedding (31 ans) a été formé en Afrique du Sud et est arrivé en France à 22 ans (à Brive à l’été 2008). Il ne remplit donc pas les critères.

• Quel intérêt d'être Jiff ?

Face aux problèmes qui touchent le vivier de l’équipe de France, et à l’afflux de joueurs étrangers dans les clubs de l’Hexagone, la FFR a contraint les clubs, par ce système, à intégrer dans leurs effectifs professionnels un certain nombre de joueurs, sélectionnables avec le XV tricolore mais surtout formés en France. Sauf que ce nombre augmente au fil des années. Cette saison, la moyenne minimale à atteindre est de 14 joueurs Jiff par feuille de match, soit 60%. En cas de non-respect de ce quota, des sanctions financières mais aussi des retraits de points au classement seront appliquées.

• Pourquoi Scott Spedding a-t-il demandé une dérogation ?

Avec 171 matches de Top 14 au compteur et près de 60 en coupe d’Europe (Champions et Challenge Cup confondues), Scott Spedding peut se targuer d’avoir un certain standing dans le rugby français. Mais alors qu’il arrive en fin de contrat avec Clermont, l’arrière peine à signer avec un top club français : Montpellier et Toulon ont conditionné sa venue s’il obtenait le statut de Jiff. La FFR n’ayant pas voulu créer de jurisprudence, Spedding est dans une impasse. A moins qu'un club du top 6 fasse un effort pour le recruter grâce à son CV et non pas son statut.

• Cela remet-il en cause son statut d’international ?

Non. Car pour être international, il faut être français. Et Scott Spedding l’est. Il a été naturalisé le 28 septembre 2014. Et le staff de l’époque, composé de Philippe Saint-André, Yannick Bru et Patrice Lagisquet, l’avait convoqué pour la première fois le 2 novembre. Il a alors enchainé 23 sélections, la dernière en date étant lors du match nul contre le Japon (23-23) le 23 novembre 2017. Il n’a toujours pas été appelé par Jacques Brunel. Et s’il ne joue pas la Champions Cup la saison prochaine, difficile d’imaginer le revoir avec le maillot frappé du Coq.

Scott Spedding avec l'équipe de France contre le Japon, lors de sa dernière sélection.
Scott Spedding avec l'équipe de France contre le Japon, lors de sa dernière sélection. © Pierre Charlier / DPPI

Sitôt la décision annoncée, la polémique est née. Sur les réseaux sociaux, les twittos ne comprennent pas le refus des instances du rugby français…

Maxime Gil @gil_maxime_34