Bonnaire (Clermont) pris par Hayman sous le regard de Tillous-Borde (Toulon)
Bonnaire (Clermont) pris par Hayman sous le regard de Tillous-Borde (Toulon) | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Julien Bonnaire "Notre état d'esprit a changé"

Publié le , modifié le

Pour le 3e ligne de Clermont, Julien Bonnaire, les deux larges succès de l'ASM en Coupe d'Europe contre Llanelli et Exeter ont "changé l'état d'esprit" d'un groupe résolu à poursuivre sur cette lancée en Top 14, avec la réception de Biarritz vendredi lors de la 9e journée.

Dans quel état d'esprit retrouvez vous le championnat après ces deux larges succès en Coupe d'Europe?
Julien Bonnaire : Ces deux matches de Coupe d'Europe nous ont fait du bien, et nous ont donné de la confiance, par rapport à leur contenu et à ce que nous avons accompli. Notre état d'esprit a changé lors de ces deux matches de Hcup. Nous savions qu'il fallait absolument gagner, mais en championnat c'est la même chose. On ne peut pas se permettre de perdre à la maison, il faut faire le nécessaire pour rester dans le haut du classement, et cela passe par une victoire vendredi.
Je ne sais pas si c'est plus facile de se motiver pour les matches de Coupe d'Europe, mais en tout cas c'est un match très important contre Biarritz, et il faudra vraiment avoir la même mentalité et la même détermination que les week-ends derniers pour pouvoir s'imposer. Ce n'est pas parce que l'on a gagné deux matches avec le bonus que l'on est arrivés, loin de là... Il faut rester concentrés sur l'objectif: se qualifier pour les phases finales en championnat et en Coupe d'Europe.

Biarritz est la dernière équipe à avoir vaincu Clermont au Stade Michelin, en 2009. En avez-vous parlé ?

JB : Non, on pense surtout à garder l'état d'esprit que l'on a eu lors des deux dernières rencontres. Conserver cette envie de jouer, de se faire plaisir et peu importe l'équipe que l'on a face à nous. Je me souviens un peu de cette défaite. On avait pris un essai sur une erreur de défense en fin de match, et c'est le genre de chose que l'on doit éviter. On doit se mettre à l'abri beaucoup plus tôt, en essayant de faire une meilleure entame que ce que l'on a pu faire lors de nos derniers matches à la maison. Toutes les équipes qui viennent ici veulent faire cesser notre invincibilité. Ils n'ont pas de pression, jouent libérés, et c'est à nous de leur montrer qu'ils ne gagneront pas chez nous.

Comment vivez-vous votre nouveau statut d'ancien international?
JB :  J'ai pu faire une préparation correcte par rapport aux années précédentes, on a plus de temps de récupération, plus de temps en famille pour se ressourcer mentalement. On peut prévoir les vacances à l'avance, plein de petites choses que je ne pouvais pas faire avant... C'est un choix auquel j'avais réfléchi depuis longtemps et que je ne regrette pas. J'ai tiré un trait là dessus, j'ai eu une carrière qui pour moi est satisfaisante, donc je n'ai pas de regrets, et maintenant je veux gagner des titres avec Clermont avant de raccrocher. J'ai suivi l'annonce du groupe pour la tournée d'automne pour les copains qui y sont, je suis un peu déçu pour Alexandre Lapandry qui n'est pas pris en troisième ligne. Je pensais qu'il en ferait partie du fait que selon moi, c'est l'un des joueurs les plus complets que l'on puisse trouver, jeune avec un gros potentiel. Il faut qu'il soit patient, son tour viendra, mais c'est forcément décevant pour lui.

AFP