Ibanez: "L'équipe prend forme"

Ibanez: "L'équipe prend forme"

Publié le , modifié le

"J'espère vraiment qu'on aura dimanche un rugby positif", a déclaré vendredi Raphaël Ibanez, manager de Bordeaux-Bègles confronté à Brive dans un choc pour le maintien, lors de la 15e journée de Top 14.

Votre équipe avait souffert à Brive (12-25) en début de saison. C'est un  bon levier pour dimanche ?
- "Sincèrement, nous avions été battus dans le combat, l'agressivité et  quand tu es pris dans ce registre-là, tu n'as qu'une chose à faire à la fin du  match, assumer, prendre ça plein fer et aller serrer la main des coaches  adverses et leur dire bravo! C'est exactement ce que j'ai fait en étant  conscient qu'on a été battu à plate couture. Depuis, Brive a eu un parcours  plus qu'honorable, le nôtre aussi continue à se construire. On a des joueurs  qui ont depuis répondu dans les grands rendez-vous. C'en est un de plus. On va  être dans une partie d'échecs contre une équipe extrêmement bien organisée,  difficile à manoeuvrer avec, un peu comme nous, un jeune encadrement technique  qui se connaît bien, s'apprécie et joue énormément sur l'affectif".
   
Vous avez prouvé ces dernières semaines que l'UBB avait de solides  arguments ?
- "L'équipe prend forme, elle a de la densité physique, on a des joueurs  capables de venir porter le ballon sur la ligne d'avantage et cette vitesse  d'exécution qui fait notre force et que l'on aurait tort de brider. On laisse  encore beaucoup de liberté aux joueurs pour qu'ils puissent s'exprimer ballon  en mains, ça a plutôt l'air de réussir quand on évolue à Chaban. J'espère  vraiment qu'on aura dimanche un rugby positif, que les joueurs et le public en  profitent".
   
Le sentiment de frustration ramené de Toulouse (16-18), avec ce regret  de ne pas avoir joué un peu plus, est-il toujours présent ?
- "Il y a le jouer plus, les partisans du jouer moins et en fait, la clé,  c'est le jouer mieux, le jouer juste, ce que l'on recherche depuis de  nombreuses semaines, de nombreux mois. Parfois ça réussit, souvent à domicile.  A l'extérieur, il y a des contextes qui sont beaucoup plus délicats. Le jouer  mieux, c'est trouver l'équilibre, le lien avants/trois-quarts qui fait notre  réussite, c'est ça que l'on a eu du mal à trouver à certains moments clés à  Toulouse".

AFP