Le troisième ligne Shaun Sowerby, une des recrues phares de Grenoble
Le troisième ligne Shaun Sowerby, une des recrues phares de Grenoble | NICOLAS TUCAT / AFP

Grenoble , un futur grand cru?

Publié le , modifié le

Son premier succès en Top 14 (29-28), le promu grenoblois l'a obtenu sur le terrain de Bègles-Bordeaux, qui lui avait barré la route du Top 14 en mai 2011 en demi-finale d'accession (19-12). Sept ans après la rétrogradation financière en Fédérale 1, le FCG espère imiter sa victime pour se maintenir en Top 14. Il s'est préparé pour.

Champion de Pro D2 et promu dans le Top 14, Grenoble a marqué les esprits en allant s'imposer à Bègles. Les Isérois imitent ainsi La Rochelle, qui avait battu Castres en ouverture de la saison 2010 pour ses premiers pas dans l'élite, et le Racing-Métro, qui s'était imposé à Albi -autre promu- en 2009. En marge des relégations de Lyon (en Pro D2) et Bourgoin (en Fédérale 1), Grenoble, désormais l'unique représentant de la région Rhône-Alpes dans l'élite, s'est structuré à tous les étages pour durer.

Un fond de jeu

Cette première victoire lance une dynamique ou plutôt prolonge une dynamique lancée en Pro D2 l'an passé. Avec une ossature de joueurs (12 sur 15 de la victoire étaient de la montée), le manager Fabrice Landreau veut s'appuyer sur les qualités d'un groupe qui a fait ses preuves. "Nous avons cherché à capitaliser les acquis de la dynamique née des deux dernières saisons. Nous avons gardé 29 joueurs. Quatorze garçons expérimentés en élite sont venus nous renforcer", note le président de Grenoble Marc Chérèque. Dont le 3e ligne sud-africain Shaun Sowerby, l'ailier Mathieu, l'ouvreur Nicolas Laharrague, le 3e ligne Florian Faure, le demi de mêlée Valentin Courrent en janvier dernier...

Comme Bordeaux-Bègles promu-maintenu et à la différence de Lyon promu-relégué la saison dernière, Grenoble s'appuie sur un fond de jeu complet adapté à la vitesse du Top 14. Avec la meilleure attaque -plus de 700 points marqués- et la meilleure défense -moins de 400 points encaissés- de Pro D2, des buteurs en réserve (Courrent, Laharrague, Darbo), une cohésion collective immédiate et visiblement une bonne préparation physique, le FCG a les atouts rugbystiques dans la course au maintien avec Mont-de-Marsan, Bordeaux-Bègles, voire Agen.

Depuis 2007, un promu sur deux se maintient

Au niveau des structures, ce n'est pas mal non plus. La remontée du club a suscité un certain engouement avec une bonne commercialisation du partenariat. Le budget sera de 15 millions d'euros, soit une augmentation de 50%. Côté public, le nombre d'abonnés individuels est passé de 1.300 à plus de 2.000. Et 10.000 spectateurs de moyenne sont attendus au Stade Lesdiguières, dont la capacité est de 12.000 places. Quatre affiches (Racing, Toulouse, Clermont, Toulon) sont aussi programmées au Stade des Alpes (20.000 places). De quoi transcender les joueurs.

Depuis l'arrêt de la formule actuelle à 14 clubs avec deux montées-descentes, en 2006-2007, au moins un des deux clubs promus est toujours parvenu à se maintenir parmi l'élite. Vu que Mont-de-Marsan et son budget rikiki de 7 millions d'euros semble promis à l'enfer, Grenoble est statistiquement assuré de rester en Top 14. Il n'y a plus qu'à valider sur les terrains. A Castres dès samedi et surtout lors de la première à Lesdiguières face au Stade Français.

Mathieu Baratas