Camille Gérondeau (Clermont)
Camille Gérondeau (Clermont) | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Gérondeau: "le Racing fait partie de nos objectifs"

Publié le , modifié le

Le 3e ligne de Clermont Camille Gérondeau, ancien Ciel et Blanc, a assuré que "le Racing fait partie" des "objectifs" d'une ASM ambitieuse, à l'heure de se rendre à Colombes pour le choc de la 22e journée de Top 14.

S'il y en a un à Clermont qui ne doit pas être surpris des succès actuels du Racing, cela doit être vous ?
Camille Gérondeau: "Ca faisait quelques années que le Racing montait en puissance. Entre les investissements, le recrutement qui a été fait, le Racing a fait les choses dans l'ordre, en misant aussi sur les jeunes et des infrastructures. Maintenant, le Racing a l'effectif pour jouer sur les deux tableaux. L'année dernière, il y avait eu un quart de finale malheureux à domicile (défaite face aux Saracens en Coupe d'Europe 12-11, ndlr), ça s'est joué sur un fait de jeu. Et ils étaient invaincus lors de la phase de poule. Donc non, je ne suis pas surpris, quand on voit le niveau de jeu, ça ne change pas tellement de l'époque où j'y étais. Mais ils ont ajusté quelques détails, ils sont de plus en plus précis et pragmatiques. C'est une équipe compliquée à manoeuvrer, très dense, très bien organisée en défense."

Vous appréciez de retourner à Colombes ?
CG: "Colombes, c'est un stade particulier, par son histoire. Il s'est passé de grands événements là bas, c'est tout de même un stade olympique. Et puis moi, j'ai aimé cet endroit. Certes, ce n'est pas le plus beau des stades, la plus belle ambiance, on ne peut pas vraiment qualifier ce stade de chaudron. Mais c'est un stade à l'ancienne, il n'y a pas de chichis, le vestiaire est tout en béton, c'est un peu loin, le stade est complètement ouvert... Et puis en région parisienne c'est compliqué d'avoir des supporters, de créer un engouement. On le voit avec le Stade Français qui a un groupuscule de deux supporters fidèles alors qu'il y a un stade magnifique (Jean-Bouin, ndlr). Au Racing, il y a aussi un groupuscule de supporters, qui sont toujours là, même en déplacement. Et ça me fait plaisir parce qu'encore à l'heure actuelle, ils m'envoient des messages. Ce sont des gens vraiment fidèles à leur club et cela fait chaud au coeur, même s'ils ne sont pas 10.000 !"

Au match aller à Marcel-Michelin, l'ASM avait été dominée (16-20). C'est un levier de motivation ?
CG: "Perdre à domicile ça a fait mal. Et pour moi c'était particulièrement compliqué: perdre contre mon ancien club, je l'ai mal vécu. Forcément, on l'a dans un coin de la tête et on a envie d'aller faire quelque chose là-bas. On est sur une bonne dynamique, on est en train de monter en puissance pour la phase finale. Le Racing fait partie de nos objectifs. On va voir comme le Racing va gérer son effectif avec sa grande échéance dans deux semaines. Mais je ne m'en fait pas pour eux. Ca va être un grand match."

AFP