Garbajosa, baptême du feu à Paris

Garbajosa, baptême du feu à Paris

Publié le , modifié le

Promu entraîneur des ¾ du Stade Rochelais suite à la mise à l'écart de Fabrice Ribeyrolles, Xavier Garbajosa va vivre sa première en Top 14 au Stade Français, à l'occasion de la 7e journée

"Je ne suis venu ici ramasser des coquillages" (source rugbyrama.fr). Quand Xavier Garbajosa a déposé ses valises sur le port de La Rochelle en juin dernier, ce n'était pas pour aller à la pêche. L'ancien arrière de l'équipe de France et de Toulouse avait pour mission d'aider le club à trouver sa place dans le Top 14 et "d'accompagner les joueurs vers le très haut niveau". Restait à faire bon ménage avec Patrice Collazo et Fabrice Ribeyrolles, les deux entraîneurs en chef. "Mon arrivée marque juste un ajout de compétences en plus, à la guise de Patrice, le technicien en chef. Il n’y a aucune crainte à avoir pour notre organisation", assurait-il avant la reprise. Visiblement, ça a collé avec Collazo, son ancien partenaire au Stade Toulousain. Un peu moins avec le second qui s'est petit à petit éloigné des chemins pris par le club de Vincent Merling. D'où un retrait du groupe des ¾ au profit de Garbajosa. Cela aura au moins le mérite de clarifier les choses alors que le maintien du club dans l'élite est engagé.

La même philosophie de jeu

Avec son vécu international et son éducation toulousaine, Garbajosa s'inscrit totalement dans le projet de jeu rochelais. Les Maritimes produisent le plus souvent un jeu attractif, un jeu en mouvement qui n'est pas sans rappeler celui du grand Toulouse. Si la défense de suit pas toujours (33 pts de moyenne encaissés depuis le début de la saison), c'est en gardant ses principes et ses valeurs que les Jaune et Noir pourront s'en sortir. Après deux matches à Deflandre dont une défaite douloureuse face à l'UBB, La Rochelle monte à Paris. Une mission très délicate pour le promu et son nouvel entraîneur. Car dans son antre, le Stade Français a l'habitude de faire le plein de points et de bonus. S'y relancer sera difficile, pour ne pas dire impossible, notamment après le revers parisien à Montpellier qui les oblige à réagir. C'est là où les Maritimes peuvent surprendre. "On a fait de bonnes choses contre Bordeaux mais on n'a pas su tuer le match, regrette le 3e ligne Benoît Guyot, ancien parisien. On va à Paris avec beaucoup d'envie et de détermination." En espérant que cela suffise.

Xavier Richard @littletwitman