Fabien Galthié
L'entraîneur de Montpellier, Fabien Galthié | AFP - PASCAL GUYOT

Galthié: "On n'est pas les meilleurs, mais on s'envoie"

Publié le , modifié le

Une semaine après avoir ramené une belle victoire de Clermont, Montpellier reçoit, vendredi, le Castres Olympique, qui l'a éliminé des phases finales ces trois dernières saisons. "Peut-être que Castres a un ascendant psychologique", avance Fabien Galthié, l'entraîneur héraultais.

- Le match à Clermont a t-il lancé votre saison?
Fabien Galthié:
"Il n'y a pas besoin d'en rajouter sur ce qu'a fait l'équipe à Clermont.  Ce qui est fait est fait, mais cela fait partie du passé. J'ai toujours du mal  à employer le mot 'rassurer'même quand cela se passe bien. La difficulté dans  la compétition et le sport d'équipe est de reproduire des choses de manière  régulière lors des prochains rendez-vous. La victoire à Clermont appartient à  l'équipe, aux joueurs, personne ne nous la reprendra, mais il y a la suite à  vivre. L'équipe a parfaitement fait ce qu'elle devait faire sur le plan  défensif, c'est même un modèle du genre. On avait ressenti que nous n'avions  pas bien fermé les extérieurs devant Grenoble. Dès lors, on s'est dit qu'il  fallait mettre des joueurs qui soient plus en confiance dans le système et cela  a marché. Cela sert d'exemple à tout le monde. C'est un bon mode opératoire  pour faire accepter la chose, pour prendre conscience et confiance."
   
- Est-ce suffisant pour vaincre votre bête noire qu'est Castres?
F.G.:
"Castres est une bonne équipe, avec de bons joueurs, intelligents et en  confiance. C'est une équipe championne de France il y a deux ans, finaliste  l'an passé, cela fait de bonnes raisons pour qu'une équipe puisse nous mettre  en difficulté. Castres a des arguments à tous les niveaux, pas seulement au  niveau de son pack. Il a des arguments en matière de stratégie, de structure  d'équipe. C'est bon, c'est très, très bon. Et peut-être que Castres a un  ascendant psychologique."
   
- Qu'avez vous pensé de Trinh-Duc lors du match à Clermont?
F.G.:
"A l'image de l'équipe lors des matches d'ouverture à Du Manoir, il  s'est mis un peu trop de pression. A Clermont, on s'est dit: 'jouons sans  pression, prenons du plaisir', mais c'est un match particulier. Sur un plan  offensif, nous n'avons toujours pas démarré notre saison. Nous l'avons démarrée  en défense, sur la mêlée alors que le secteur de la touche a été bon."
   
- Etes-vous frustré offensivement?
F.G.:
"C'est la réalité. Nous devons avoir beaucoup d'humilité. L'an passé, on  a fini la saison avec l'équipe qui casse le plus la ligne, qui marque le plus  d'essais et le plus de points. Là, on est derniers en terme d'essais marqués."
   
- Vous faut-il réussir un bon match sur le plan offensif désormais?
F.G.:
"Vendredi, l'idée est de faire un bon match de rugby face à un très bon  adversaire. On verra après ce qu'il se passera. On a neuf points, on pourrait  en avoir deux ou douze. On a disputé trois matches qui se jouent dans les trois  dernières minutes, dont deux sur la dernière action. C'est assez irrationnel.  C'est aussi la marque de fabrique d'une équipe. On n'est pas parfait, mais les  joueurs qui composent cette équipe sont généreux et se battent. On n'est pas  les meilleurs, mais on 's'envoie'."

AFP