Laurent Rodriguez
Laurent Rodriguez, manageur du Biarritz Olympique | GAIZKA IROZ / AFP

Fusion Aviron-BO:Rodriguez pas convaincu

Publié le , modifié le

Laurent Rodriguez, le manageur du Biarritz Olympique qui rencontre samedi son voisin Bayonne dans un match de relégables de la 8e journée du Top 14, a estimé ce jeudi qu'un éventuel rapprochement entre les deux clubs basques est "comme un mariage (...) et pour l'instant ce n'est pas dit qu'il y ait un grand amour".

Comment voyez-vous ce derby basque qui est plutôt un match de mal  classés ?
Laurent Rodriguez: "Je l'ai dit aux +gros+, il ne faut pas qu'on s'installe dans la  sinistrose. Pour gagner un match quel qu'il soit, et je ne parle pas du derby,  il faut être jovial, arriver avec la banane et avoir envie de bosser et de  s'envoyer. C'est vrai que c'est plus facile quand on est dans les cinq premiers  du championnat. Quand j'explique qu'il y a des entraînements où ils s'emploient  plus qu'en match, c'est cette tendance qu'il faut renverser. Nous, on a préparé  ce match comme un autre même si les à-côtés nous ramènent à la réalité de ce  derby".
   
Avez-vous les moyens de vous imposer à Bayonne ?
LR: "On y croit. On est conscient de la difficulté. Si vous posez la  question aux Bayonnais, ils vous diront que c'est un match particulier où il  faudra être vigilant. Nous, de notre côté, on dit: Pourquoi pas ? Il faut y  croire. De toute façon ce n'est pas en les regardant jouer qu'on arrivera à les  battre. Mais c'est plus une réaction par rapport à nos derniers matches qu'on  doit avoir et pas forcément face à l'Aviron bayonnais. Nous, c'est plus par  rapport à ce qu'on n'a pas montré dans les derniers matches qu'il nous faut  prouver autre chose".
   
On vous considère comme une bête blessée. N'est-ce pas finalement le bon  moment pour cette rencontre contre Bayonne ?
LR: "C'est à double tranchant. Imaginons qu'on soit corrigé, la bête blessée  serait tuée alors. Ce n'est pas ce qu'on veut. On essaie de gommer les  dernières rencontres. Didier Faugeron leur dit souvent qu'on a la chance en  sport d'effacer ce qui s'est passé et de pouvoir rebondir. On cherche toujours  le petit truc qui va nous faire positiver. On l'a dit aux joueurs, ce n'est pas  en étant restrictif qu'on posera des problèmes à Bayonne, qui a fait une  excellente prestation à Toulon. Ils étaient présents dans le combat, ils sont  capables de jeu de mouvement, d'alterner. Ils sont peut-être un peu plus  rassurés que nous, mais on sent bien chez eux, en raison du classement, une  incertitude. Nos équipes n'arrivent pas à se libérer et c'est dommage que ce  match arrive à ce moment-là".
   
En ce moment, on commence à entendre parler d'un rapprochement entre les  deux clubs...
LR: "Il faudrait monter une équipe qui y pense sérieusement. Les joueurs,  ils n'en parlent pas. Peut-être les supporteurs, certains vous diront: il n'en  est pas question, d'autres pourquoi pas. Cela ne se fera pas du jour au  lendemain. S'il y a une possibilité de le faire, les deux parties le  veulent-elles ? On sait bien que c'est comme un mariage: il faut être deux et  pour l'instant ce n'est pas dit qu'il y ait un grand amour".

AFP