Privat Montpellier Bornman Castres
Privat (Montpellier) bloqué par Bornman (Castres) | REMY GABALDA / AFP

Fidèles Castrais

Publié le , modifié le

Habitués aux barrages depuis quatre ans, le Castres Olympique a de nouveau atteint les demi-finales du Top 14 en diposant de Montpelliérains trop indisciplinés (25-12). Les Tarnais, toujours aussi impressionnants en conquête, auront le redoutable honneur d'affronter l'épouvantail clermontois dans le dernier carré.

Jamais deux sans trois. Les frères ennemis montpelliérains et castrais, qui se retrouvaient pour la troisième fois au stade des barrages ont fait honneur à la réputation de leurs affrontements en se livrant à une bataille de tranchées en règle. En tout cas en première période, véritable théâtre d'un rugby "viril mais correct" où les approximations le disputaient aux marrons. Bénéficiant du vent dans le dos durant ces 40 premières minutes, les hommes de Galthié ne parvenaient pourtant pas à hisser les voiles, la faute à de trop nombreuses erreurs. Privés de munitions, dominés en touche (malgré le forfait de dernière minute du Castrais Caballero), pénalisés par le carton jaune reçu par Gorgodze (37e), les Héraultais ne pouvaient compter que sur la précision de Paillaugue au pied. Mais les trois pénalités du demi de mêlée ne suffisaient pas face à la maîtrise castraise. Un drop de Tales et trois coups de pompe de Pocock permettaient aux hommes du duo Labit-Travers de regagner les vestiaires de Pierre-Antoine en tête (12-9).

La classe Claassen

Après la phase annihilation, le CO entamait dès la reprise l'opération destruction. Poussé par son pack, Claassen, monstrueux ce samedi après-midi, s'arrachait pour aplatir du bout des doigts et creuser la marque (19-9, 45e). Le coup était fatal pour les partenaires de Ouedraogo. Incapable de trouver des solutions, le MHC continuait de subir la domination tarnaise, illustrée par ce plongeon d'Andreu tout près de récupérer une diagonale de Pocock dans l'en-but (50e). Fort de cette emprise, Castres se contentait par la suite de gérer temps forts/temps faibles pour boucler ce barrage avec une bonne marge de sécurité (25-12) avec toute son expérience. Une expérience qui lui permet d'atteindre les demi-finales pour la 2e fois en quatre ans et d'y affronter Clermont. Face aux Auvergnats, grands favoris, les hommes de Travers et Labit n'auront rien à perdre. Ce qui les rendra sans doute encore plus dangereux. 

Déclarations :

Laurent Travers (entraîneur de Castres):  "Au bout de 26 matches, ce qui est sûr c'est que les quatre premiers se  retrouvent en demi-finales malgré un match de barrage. Ça veut dire qu'il n'y a  pas de hasard. On est très heureux d'avoir pu confirmer, pour l'ensemble des  joueurs parce qu'au Castres Olympique il y a des joueurs performants, mais ce  n'est pas une fin en soi, on sait qu'on n'a rien gagné sinon la possibilité de  jouer une demi-finale, rien d'autre. Être réaliste c'est voir qu'avec Toulon.

François Trinh-Duc (demi d'ouverture de Montpellier): "C'est sûr qu'on est  très déçu après ce match. Aller jouer à l'extérieur c'est toujours compliqué et  quand on voit qu'on ne part pas du bon pied, on lâche le match. Cela a été ça  tout le match au lieu de toujours y croire, de se faire confiance et d'aller de  l'avant. C'est peut-être mental. On n'a pas su rester dans notre cadre de jeu.  En première mi-temps, on l'a bien fait, on est arrivé à se créer des occasions  mais on perd trop facilement le ballon. En seconde, on ne reste pas dans ce  qu'on a prévu et forcément face à une bonne défense castraise, on ne les met  pas à mal et c'est plus difficile de gagner du terrain. (le carton jaune de  Gorgodze) Comme chaque année l'indiscipline nous fait mal. On fait les phases  finales avec des cartons et forcément face à 14 contre une belle équipe c'est  plus dur. La discipline nous fait défaut".

Julien Lamotte