Gaël Fickou Stade Toulouse
Gaël Fickou après la défaite du Stade Toulousain contre le Racing 92. | STEPHANE ALLAMAN / DPPI media

Face au Stade Français, Toulouse n'a plus le choix

Publié le , modifié le

Le Stade Toulousain affronte le Stade Français ce soir à Ernest Wallon (20h45). Après trois défaites consécutives, dont une à domicile contre Toulon (15-32), les hommes d'Ugo Mola n'ont déjà plus le droit à l'erreur.

Sur le papier, l’affiche face au Stade Français à Ernest Wallon est alléchante. Mais ce choc entre les deux Stade a perdu de sa superbe, la faute à des résultats en demi-teinte de la part des deux écuries. La situation est particulièrement préoccupante pour le Stade Toulousain, qui est déjà dos au mur après cinq petites journées de Top 14 disputées. Avec trois défaites sur leurs trois dernières rencontres, une première sous l’ère Ugo Mola, les Toulousains auraient difficilement pu faire pire. La situation est telle que le bonus défensif pris le week-end dernier sur le terrain de Lyon (20-25) fait presque office de bonne nouvelle.

Jouer sur l’alternance

Pour sortir de cette spirale négative, la solution passe peut-être par des changements dans le jeu comme l’a laissé entendre le demi de mêlée Jean-Marc Doussain : "L’année dernière on déplaçait aussi le ballon et on arrivait à faire craquer les défenses. Cette année on y arrive un peu moins, il faut donc trouver d’autres solutions."

Pour les joueurs, la situation ne semble pas encore alarmer. François Cros, le troisième ligne des Rouge et Noir, se veut plutôt rassurant avec le Clasico : "Ce n’est jamais facile d’enchaîner les défaites. Après nous sommes à la 6ème journée, ce n’est pas encore dramatique. Je pense que c’est encore le début de saison, on a encore à travailler nos automatismes et après ça va aller mieux." Il faut dire que ces dernières saison, le Stade Toulousain a l’habitude des trous d’air et a toujours réussi à s’en sortir…face au Stade Français.

Lors de la saison 2014-2015, les hommes de Guy Novès essuient cinq défaites consécutives avant de renouer avec la victoire à domicile contre les joueurs de la capitale (22-10). Même scénario, ou presque, la saison suivante où les Rouge et Noir enchaînent deux défaites avec deux nuls avant d’étriller à Ernest Wallon le Stade Français (36-3).

Alors, forcément, le rugby n’est pas une science exacte. Dans les périodes de doutes, ces petits signes sont autant d’espoirs auxquels se raccrocher. Mais pas pour Jean-Marc Doussain qui préfère la jouer pragmatique : « Chaque saison est différente. La série de cinq défaites c’était déjà il y a deux ans, ça fait longtemps. On veut surtout basculer sur un match positif et ça commence dès ce week-end face au Stade Français. » Reste pour Jean-Marc Doussain et ses coéquipiers à mettre la même détermination sur le terrain qu’en conférence de presse.

Marine Couturier @Marine_Ctrier