Guilhem Guirado
Le Perpignanais Guilhem Guirado au raffût | RAYMOND ROIG / AFP

Et Perpignan s'est réveillé

Publié le , modifié le

A l'usure, Perpignan s'est débarrassé d'Agen 39-13 en match avancé de la 12e journée du Top 14. Après une heure sous tension, l'USAP a fait exploser le verrou agenais avec la bagatelle de cinq essais. Grâce à cette victoire, Perpignan se relance et remonte à la 7e place provisoire. En revanche, la situation se complique pour Agen qui subit leur 5e défaite de rang. Le SUA est 16e et s'expose au retour de Bordeaux-Bègles qui se déplace à Biarritz samedi.

Le SUA, qui était revenu presqu'à hauteur à la pause (14-13), après avoir encaissé deux essais dans le premier quart d'heure, a sombré en seconde période dans un match souvent brouillon. Rapidement handicapés par la blessure de Lozada puis par le carton jaune du pilier Cabarry, le SUA pliait d'entrée. D'abord sur un essai de pénalité sifflé par l'arbitre Pascal Gaüzère (8e) après une série de mêlées où les Agenais étaient en faute. Puis sur un essai de Marty qui créait une brèche pour marquer en bonne position (14-0, 15e). Revenus à 15 contre 15, les Agenais remettaient la main sur le match en dépit des lacunes des buteurs. Lagarde était à la conclusion d'une action où Roux manoeuvrait la défense catalane (30e) puis Avramovic concrétisait un coup de pied rasant de son arrière, auteur après la sirène de la pause d'un drop judicieux (14-13).

Quel finish !

Avec deux pénalités de Hook précédant un troisième essai de Sid (59e) en bout de ligne après une incursion de Haughton, bien en jambes dès son entrée, les Catalans reprenaient, à l'heure de jeu, l'ascendant (25-13) sur leur adversaire, privé du capitaine Monribot, victime d'un KO avant la pause. Cazenave en contre (65e) et Guirado (75e), avec l'aide de ses avants, aggravaient la marque, preuve d'une domination sans partage pour conquérir le second bonus offensif après celui de la victoire contre Toulouse à Barcelone. Une façon de saluer l'élection de son nouveau président Daniel Besson, successeur de Paul Goze, qui a pris les rênes de la Ligue.

Réactions

Marc Delpoux (manager sportif de Perpignan): "C'est une belle soirée... parce que je n'entendrai plus dire que l'on ne marque pas d'essais à Aimé-Giral, aussi parce qu'on prend le bonus offensif et enfin parce que comptablement c'est une bonne chose. Les autres jouent demain, à eux de marquer des points maintenant. Il y a eu de très bonnes choses et d'autres agaçantes. Les vingt dernières minutes de la première période, c'est du beach-rugby. Heureusement que l'on a été plus sérieux et plus opportuniste en seconde période. Sans être brillant, on a été patient. On débute très bien trois semaines qui s'annoncent compliquées (double confrontation face à Worcester en Challenge européen et réception de Montpellier en Top 14, ndlr)".

Mathieu Blin (entraîneur des avants d'Agen): "Ce n'est même plus de la frustration qu'on ressent... ça commence à faire beaucoup. Pourtant, après 20 minutes compliquées, on se remet en selle en conquête, on marque deux essais magnifiques et on revient dans le coup. Mais après, en seconde période, on se remet seul dans la difficulté. Je ne sais pas si le mot inquiétude est le plus approprié. On a décidé d'aller au bout avec ce groupe en qui l'on croit, mais on est encore trop loin dans la maîtrise nécessaire à l'extérieur. Une fois de plus, on fait le plus dur en revenant à 1 point à la pause et pourtant au final on en prend 40".