Emile Ntamack portrait 2010
Emile Ntamack | AFP - FRANCK FIFE

Emile Ntamack succède à Etcheto à Bordeaux-Bègles

Publié le , modifié le

L'ancien ailier international et entraîneur des arrières de l'équipe de France Emile Ntamack a été nommé pour trois saisons entraîneur des arrières de Bordeaux-Bègles, en remplacement de Vincent Etcheto, licencié. "Le nom d'Emile Ntamack est sorti du chapeau il y a dix jours. Il attendait son heure patiemment au Stade Toulousain, cela n'est pas arrivé. Cela nous a donné l'opportunité de le prendre", a expliqué le président Laurent Marti. Il intègrera le staff sous le management de Raphaël Ibanez, avec l'ancien arrière néo-zélandais Bruce Reihana et le responsable des avants, Régis Sonnes.

Emile Ntamack n'arrive pas en zone inconnue. L'ancien adjoint de Marc Lièvremont en équipe de France va en effet retrouver, à Bordeaux-Bègles, des hommes qu'il a côtoyés dans le passé. Ce sera le cas de Raphaël Ibanez, avec qui il a joué en équipe de France, ou de Régis Sonnes, aux côtés duquel il a évolué au Stade Toulousain. Mais ce n'est pas pour ces raisons qu'il a hérité d'une lourde charge, celle de succéder à Vincent Etcheto, dont le bilan plus que positif ne lui a pas évité un licenciement. "C'est un garçon qui me plaît beaucoup, c'est  un redoutable compétiteur, très bosseur, très porté sur le rugby offensif", a expliqué Laurent Marti, le président de l'UBB. 

Ntamack, bientôt 45 ans, ailier muli-titré du Stade Toulousain (5 fois  champion de France, 3 Coupes d'Europe), sélectionné à 46 reprises (26 essais),  a mené ensuite une carrière d'entraîneur, d'abord auprès des moins de 21 ans  français (champions du monde 2006) puis en tant qu'adjoint de Marc Lièvremont à  la tête de l'équipe de France (2007-2011). Avec les Bleus, il a notamment  remporté un Grand Chelem en 2010 et perdu de justesse une finale de Coupe du  monde contre les All Blacks en 2011 (8-7). Revenu par la suite au Stade Toulousain en tant qu'éducateur, il a commencé  une carrière de consultant télé. La semaine dernière, il a postulé au poste de  directeur sportif de Toulouse, qui a préféré son ancien coéquipier Fabien  Pelous.