Le demie de mêlée Nicolas Durand
Le demie de mêlée Nicolas Durand | © MICHEL CLEMENTZ / WORLDPICTUR

Durand: Berbizier a fait la "chasse aux sorcières"

Publié le , modifié le

Le nouveau demi de mêlée de Toulon, Nicolas Durand, dont la saison passée au Racing-Métro s'est terminée en queue de poisson, estime que son ancien manageur, Pierre Berbizier, a fait une "chasse aux sorcières", dont il a été victime, même s'il se dit sans amertume.

Vous rencontrez ce samedi le Racing-Métro que vous avez quitté en mauvais termes. Que s'est-il passé avec l'ancien manageur Pierre Berbizier ?
Nicolas Durand: "Je ne peux pas vraiment l'expliquer. Il n'y a pas eu de clash. Durant l'hiver, une partie du groupe est montée au créneau (pour demander la mise à pied de Pierre Berbizier, NDLR) car on n'était pas du tout d'accord avec le discours du coach. Il a décidé de faire la chasse aux sorcières et de sortir quelques mecs. J'en ai fait partie à juste titre ou pas, je n'en sais rien... Je n'ai pas eu d'explication de sa part. Simplement, ça se passait très bien avec le président et l'ensemble des joueurs mais pas avec lui. Maintenant, je n'ai pas envie de polémiquer autour du match".

Que reste-t-il de cette expérience douloureuse ? De l'amertume, de la colère ?
ND: "Non. Je n'ai pas le temps d'en avoir et puis être en colère ou amer, cela ne me ressemble pas. Je ne vis pas avec le passé. Je m'en sers. J'ai vécu des choses pas très agréables, mais ça me servira dans mon parcours d'homme et de joueur. Le côté positif, c'est que ça m'a permis de me régénérer mentalement, de retrouver de la motivation. Je me suis détaché du rugby et il faut reconnaître que c'est plus facile de le faire à Paris !"

Le RCT et Toulon vous conviennent-ils ?
ND: "C'est une région et un état d'esprit qui me correspondent. Il y a la même ferveur que j'ai pu connaître à Perpignan, une énergie positive et un engouement qui permettent de se sublimer. Il y a aussi et surtout un projet très ambitieux. Vu l'effectif de cette année et les structures du club, on sent que Toulon a envie de s'installer dans l'élite pour des années. Et puis, personnellement, il ne me reste pas dix ans à jouer et j'ai encore envie de gagner des titres. Il n'y a que ça qui m'anime".

AFP