Le talonneur du Racing 92, Dimitri Szarzewski
Le talonneur du Racing 92, Dimitri Szarzewski | AFP - FRANCK FIFE

Dimitri Szarzewski (Racing 92) met fin à sa carrière

Publié le , modifié le

Deux jours avant le barrage de son club du Racing 92 contre La Rochelle en Top 14, le talonneur international Dimitri Szarzewski a annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière. A 36 ans, après 3 Coupes du monde, l'homme aux 83 sélections en équipe de France, passé par Béziers et par le Stade Français, a annoncé en conférence de presse: "Aujourd'hui, mon corps me dit stop. Il faut arrêter. C'est avec un peu de précipitation que je mets fin à ma carrière sportive."

Sa chevelure longue et blonde rappelait Jean-Pierre Rives. Comme lui, il a fini sa carrière avec le maillot Ciel et Blanc du Racing 92. Comme lui, il a souvent donné son corps en pâture à l'adversaire, pour mieux montrer à ses troupes le chemin vers la victoire. Capitaine du Racing 92, il ne participera à la fin de saison de son club, qui doit affronter ce week-end La Rochelle à domicile pour tenter d'atteindre les demi-finales. A 36 ans, le corps du Biterrois de formation a dit stop. Trop souvent blessé, il a préféré ne pas faire le match de trop, lui qui pensait être utilisé en début de saison prochaine comme joker pendant la Coupe du monde avant de tirer sa révérence. "Je ne serai pas sur le terrain vendredi", a-t-il lancé.

"Aujourd'hui, mon corps me dit stop. Il faut arrêter. C'est avec un peu de précipitation que je mets fin à ma carrière sportive." C'est par ces mots que l'international français, aux 83 sélections (dont 44 comme titulaire), trois Tournois des 6 Nations gagnés (2006, 2007, 2010) et trois Coupes du monde (2007, 2011, 2015), a annoncé la fin de l'aventure. Champion de France en 2007 avec le Stade Français, en 2016 avec le Racing 92, il n'aura pas réussi à conquérir le trophée suprême, que ce soit en club avec la Coupe d'Europe (deux finales perdues avec le Racing 92) ou en équipe de France (finale 2011 perdue). 

"Les douleurs étaient insupportables

"Les douleurs étaient insupportables, il est temps d'arrêter", a encore déclaré le capitaine du Racing en détaillant les nombreuses interventions chirurgicales subies: "plancher orbital droit, épaule gauche, tendon d'Achille gauche, cheville droite, cervicales, épaule droite... Mon corps souffre, je ne suis plus en possession de mes moyens, même avec la meilleure volonté, ça me demande énormément d'efforts. Je pouvais continuer quelques mois mais je ne pouvais pas assurer mon rôle de capitaine. Je passe la majorité de mon temps sur la table du kiné".

Cette année, il s'était déjà occupé des cadets du Racing 92. Lannée prochaine, ce seront les Espoirs qu'il prendra en mains. La page du terrain est tournée.