Darricarrère: "Castres ne doit pas relâcher la pression"

Darricarrère: "Castres ne doit pas relâcher la pression"

Publié le , modifié le

Tout juste sorti de la zone rouge, Castres, qui se déplace à Lyon samedi pour la 7e journée du Top 14, ne doit "surtout pas relâcher la pression", a insisté ce jeudi l'entraîneur de ses trois-quarts, David Darricarrère.

Ça vous a rassuré, cette victoire à la maison contre Oyonnax (27-18)  samedi dernier?
DD: "Bien sûr. De prendre enfin des points dans ce championnat difficile  était important pour nous, qui plus est à domicile où on a déjà une défaite.  Cette victoire était primordiale et ces points font beaucoup de bien. Il ne  faut surtout pas relâcher la pression, au contraire. On se doit de grappiller  des points un peu partout. Après, on sait aussi que ce sera très très difficile  à l'extérieur, on le voit dans ce championnat, il n'y a vraiment pas de petites  équipes et c'est vraiment très dur et très tendu tous les week-ends. Surtout  que la dernière fois qu'on s'est déplacé chez un promu (La Rochelle, défaite  41-16, ndlr), on a pris cher, donc on sait très bien où on met les pieds. On  sait que ce ne sera vraiment pas facile mais notre équipe n'a jamais  fanfaronné, on est empreint d'humilité, de travail, donc on sait ce qu'on va  trouver à Lyon".
   
La confiance est-elle revenue au sein du groupe?
"La confiance, elle n'est jamais partie totalement. L'équipe n'est pas  devenue mauvaise du jour au lendemain. Il y a évidemment du travail à faire  pour qu'on retrouve notre rugby, tout le monde en est conscient. Je ne  m'attendais pas à un rugby flamboyant (contre Oyonnax, ndlr), on était  conscient qu'on était dans une période où la victoire était primordiale et peu  importe la manière, donc évidemment on a été très satisfait de la victoire, un  peu moins du contenu mais on s'attendait pas non plus à un miracle. On  travaille énormément à l'entraînement, hors des entraînements, pour redonner  confiance à tout le monde et on espère qu'on retrouvera notre niveau de jeu le  plus vite possible".
   
Vous avez beaucoup de blessés en première ligne, comment allez-vous  faire?
"On va aller à Lourdes brûler des cierges pour qu'ils reviennent le plus  vite possible (sourire)... Ça fait partie du lot quotidien d'une saison, on  sait que c'est souvent la loi des séries et que souvent ce sont les piliers qui  se blessent en même temps. Il faut faire front, je pense qu'on trouvera des  solutions".

AFP