Top 14 Clermont Montpellier Trinh-Duc 012016
François Trinh-Duc (Montpellier) dans la tenaille clermontoise... | AFP - Thierry Zoccolan

Clermont subit la loi de Montpellier

Publié le , modifié le

Une semaine après son élimination européenne, Clermont avait une belle possibilité de se refaire une santé mentale sur le terrain domestique face à Montpellier. Visiblement, les Auvergnats, qui ont en outre accumulé les pépins, ont du mal à se sortir de cette mauvaise passe. Ils se sont inclinés face aux Héraultais (19-15) samedi lors de la 14e journée. Proposant un jeu trop stéréotypé, les Clermontois n'ont pas su réagir alors que Montpellier a parfaitement su gérer ses temps forts.

L'ASM ne va pas bien, et la crise couve dans les rangs auvergnats; l'équipe n'a pas trouvé les ressources pour se relancer, battue déjà pour la quatrième fois de la  saison dans son ancienne forteresse de Marcel-Michelin, la deuxième de suite  après le revers lors de la phase de poules de la Coupe d'Europe contre Bordeaux-Bègles dimanche (28-37). Et malgré le petit point de bonus décroché, ils risquent de perdre du terrain au classement. Le Racing qui a battu Oyonnax (26-3) s'est emparé de la première place, et que les Clermontois pourraient aussi dépassés par le Stade Toulousain et par Toulon. 

Clermont manque de lucidité

Les Clermontois se sont évertués à entrer dans le combat en oubliant de donner du volume à leur jeu, et ils ont connu une nouvelle désillusion. La faute surtout à une première période où toutes leurs carences de ces dernières semaines sont de nouveau apparues (conquête approximative, déficit d'agressivité dans les rucks, pertes de balle). Ils étaient ainsi menés 16 à 3 à la mi-temps après un bel essai de l'ailier montpelliérain Marvin O'Connor (35), appelé pour préparer le Tournoi des six  nations avec le XV de France, et 11 points au pied de Benoît Paillaugue (deux pénalités et une transformation) et François Trinh-Duc (un drop), pour son premier match comme titulaire depuis deux mois.  

Et si leur deuxième période a été meilleure, ce qui leur a permis de revenir à 12-16 (65) puis 15-19 (70) alors que le MHR était réduit à 14 (carton jaune pour Bismarck Du Plessis, 64) il leur a toujours manqué un geste de lucidité pour pouvoir renverser la vapeur. Brock James n'a ainsi pas trouvé une pénaltouche très importante à proximité de l'en-but montpelliérain (73), puis les avants ne sont pas parvenus à extraire le ballon d'un regroupement à dix mètres de la ligne de Montpellier  (77); signes qu'ils ont de nouveau failli.

Le Racing sérieux

Le Racing 92 a livré un match sérieux pour venir à bout d'Oyonnax qui n'a pu opposer que son courage. Techniquement, les joueurs de l'Ain ont manqué de justesse et n'ont jamais pu inquiéter des Franciliens solides et appliqués, qui ont inscrit quatre essais. Oyonnax reste embourbé en fin de classement, tout comme la lanterne rouge Agen qui a encore perdu, sur sa pelouse devant Grenoble (33-27) et ne peut que se consoler d'avoir arraché un bonus défensif. Les Agenais avaient pourtant un bon coup à jouer face à des Isérois qui n'étaient pas particulièrement sereins depuis quelques semaines. Mais les joueurs du SUA ont manqué de réalisme et ont été fébriles en défense dans une rencontre rythmée mais que les Grenoblois ont su davantage maîtriser.

La surprise du jour est venue de Castres où le CO a fait tomber une équipe de Bordeaux-Bègles qui avait la faveur des pronostics (19-9). Les Girondins ont bien montré qu'ils avaient du répondant et qu'ils pouvaient prendre les choses en mains, mais ils ont été trop maladroits et n'ont pas su engranger les points quand ils ont eu la possibilité. Les Castrais ont ont donc profité pour s'imposer sur un essai en fin de partie.   

Christian Grégoire