Pelissie à l'attaque avec Montpellier
Pelissie à l'attaque avec Montpellier | PASCAL GUYOT / AFP

Clermont sombre à Montpellier

Publié le , modifié le

Clermont n'aime pas voyager ! Déjà trois défaites hors de Michelin cette saison. La dernière est cinglante sur le terrain de Montpellier. Les Auvergnats ont ouvert le score sur une pénalité et puis plus rien. Au contraire, ce sont les Héraultais qui ont mis le feu en inscrivant quatre essais pour un large succès 43-3. Grâce à cette victoire bonifiée, la quatrième de la saison, Montpellier s'empare de la première place, avec deux points d'avance sur sa victime du jour.

L'équipe de Fabien Galthié, qui n'avait plus occupé la tête depuis octobre  2010, réaffirme ses ambitions quinze jours après sa démonstration devant le  Stade Toulousain (25-0). Elle confirme ainsi sa souveraineté à domicile malgré  le nul concédé devant Toulon (22-22) et efface la défaite concédée à Perpignan  (28-16) la semaine précédente. Clermont, déjà battu à Oyonnax (30-19) et Paris (23-16), a visiblement du  mal s'exporter après sa troisième défaite consécutive à l'extérieur. Privé du  demi d'ouverture Bock James, remplacé par Radosavljevic totalement à côté de  son match, a subi une véritable déroute. Face à Morgan Parra, demi de mêlée de l'équipe de France, le numéro neuf de  Montpellier Jonathan Pélissié a une fois encore ébloui la rencontre. Déjà  décisif face au Stade toulousain, il a inscrit 31 points et a agrémenté sa  brillante performance personnelle de deux superbes essais, marqués lors de la  première période.

Pelissié tutoie le record

Pelissié a terminé à un point du record de points marqués par un joueur  dans un match de Top 14, codétenu par Cédric Rosalen (32 points avac Narbonne  contre Montauban en 2006-07) et Benjamin Boyet (32 points contre Agen la saison  dernière. Au côté de Trinh-Duc, lui aussi auteur de deux essais, il a porté l'équipe  héraultaise, survoltée et inspirée d'un bout à l'autre. Présent dans les rucks, agressif en défense, Montpellier survolait la  première période. Il exploitait dans un premier temps les fautes auvergnates  pour se placer en tête grâce à trois pénalités. Puis, comme devant le Stade toulousain, quinze jours plus tôt, Pélissié  réalisait deux exploits personnels. A la 25e minute, au bout d'une course de  quarante mètres et d'un crochet sur Sivivatu, il transperçait la défense de  Clermont. Six minutes plus tard, il récidivait en jouant rapidement une  pénalité à la main, récupérait son petit coup de pied pour réussir un doublé. Peu après la reprise, sur un ballon de récupération, le demi d'ouverture  Trinh-Duc ajoutait un troisième essai, synonyme de bonus offensif. A moins un  quart d'heure de la fin, Trinh-Duc assurait le bonus de Montpellier, le second  de la saison, après celui décroché face à Toulouse.

R​éactions

Vern Cotter (entraîneur de  Clermont): "C'est une défaite collective. On a été battus un peu partout dans  ce match. Montpellier a été meilleur que nous. On n'a pas pu avoir une emprise  sur l'adversaire. Je n'en veux pas aux joueurs. Cela arrive dans une saison un  match comme ça. Ils ont un peu de réussite, ils avancent. On va repartir la  semaine prochaine en regardant bien notre performance. On avait bien préparé le  match, mais on n'a pas réussi à faire ce qu'il fallait. On a été sous pression  et on n'a pas réussi à réagir."
   
Jonathan Pélissié (demi de mêlée de Montpellier): "C'est une très belle  soirée pour tout le monde. Tout était de mon côté. On savoure tout  particulièrement ce genre de soirée. Je ne sais pas si on fait peur, ce n'est  pas notre objectif. Mais, il est très bon de prendre le bonus offensif, surtout  devant des équipes comme ça. Maintenant, nous devons être réguliers en montrant  un autre visage que la semaine passée face à Perpignan. Nous devons montrer ce  visage chaque week-end."
   
François Trinh-Duc (demi d'ouverture de Montpellier): "C'est une très bonne  soirée. On a pris du plaisir sur le terrain. On a produit du jeu, on est resté  solidaire en défense en fin de match quand Clermont a réagi. On est une équipe  un peu en réaction. A domicile, cela se passe plutôt bien, à l'extérieur on  fait de mauvaises prestations. On va se concentrer sur le prochain match à  Paris, un déplacement périlleux. J'espère que l'on va cesser de faire le yoyo.  J'espère que la défaite à Perpignan est seulement un accident. Pour viser le  haut du tableau, nous devrons réussir à être plus régulier."
   
Julien Bonnaire (capitaine de Clermont): "On a été pris par une belle  équipe de Montpellier. Il y a toujours un match dans la saison où l'on prend  une belle fessée. A nous de continuer à travailler. Si à chaque fois que l'on  perd un match c'était la crise, il y aurait la crise dans beaucoup d'équipes.  C'est une remise en question, c'est tout. Montpellier, qui a réussi tous les  coups, était plus fort dans ce match. On a subi les impacts, on a été en retard  sur tous les impacts. Il nous manquait la base du rugby. Cela fait toujours mal  de prendre 40 points. Qui n'a pas pris quarante points?"