Wesley Fofana Clermont
Wesley Fofana (Clermont) | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont se réveille du bon pied

Publié le , modifié le

En dépit d'un horaire inhabituel et matinal (coup d'envoi à 12h30), Clermont a battu Bordeaux-Bègles en match décalé de la 8e journée (40-11). Les Auvergnats effacent ainsi la claque reçue à Montpellier la semaine précédente (43-3).

La semaine a été agitée du côté de Clermont. Entre la cuisante défaite à Montpellier et l'annonce de la succession de Vern Cotter, qui laissera sa place à Franck Azema la saison prochaine sur le banc de l'ASM, les Jaunards avaient toutes les raisons de craindre la réception de Bordeaux-Bègles au Stade Marcel Michelin. L'entame du match confirmait cette impression, tant les partenaires de Fofana semblaient timorés face à de vaillants Bordelais, pourtant limités en déplacement depuis le début de la saison (3 défaites en autant de matchs).

Les arrières en marche avant

Si Brock James faisait le métier en enquillant deux pénalités, un essai de Lonca semait encore plus le doute dans les rangs auvergnats (6-8, 8e). Heureusement pour les locaux, Ti'i Paulo avait la bonne idée d'inscrire un essai juste avant la pause qui leur permettait de souffler (16-11, 40e). Cet essai changeait complètement la donne puisque les Clermontois revenaient transfigurés en seconde période. Ayant soudainement retrouvé toute leur magie offensive, les Jaunards passaient à quatre reprises la ligne d'en-but grâce à leur ligne arrière de feu (Nalaga (2), Sivivatu, Byrne). L'UBB, réduit à 12 en fin de match, ne pouvait plus rivaliser et terminait la rencontre à l'agonie. Grâce à ce succès, l'ASM retrouve la 2e place en passant devant Toulon grâce au bonus offensif. Et le sourire. 

Déclarations : 

Morgan Parra (demi de mêlée de Clermont) : "L'important était aussi de retrouver de l'agressivité et de répondre présent dans le combat, autant d'éléments qui nous avaient fait défaut à Montpellier. Tout n'a pas été parfait  loin de là mais lorsqu'on s'est resserré en défense et qu'on a pris le temps de  poser notre jeu, ça allait mieux".

Julien Lamotte