Horacio Agulla Brive VS Clermont 08 2010
Horacio Agulla (Brive) à la lutte avec Alexandre Audebert (Clermont) | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Clermont réagit trop tard à Brive

Publié le , modifié le

Brive s'est offert une grosse satisfaction en s'imposant devant Clermont (29-22) vendredi en match avancé de la 16e journée de Top 14. Grâce à une mêlée solide, les Corréziens ont mis de l'engagement dès l'entame du match pour rapidement creuser l'écart. C'est alors que les Clermontois se sont réveillés mais leur sursaut tardif fut insuffisant. Grâce à cette victoire, Brive s'éloigne de la zone rouge.

Après la légère embellie des deux journées de Top 14 de la trêve des confiseurs, survenant elle-même après la mini-crise ayant secoué le club corrézien début décembre, Brive, toujours menacé par la zone de relégation, voulait poursuivre la bonne dynamique en recevant Clermont, le champion en titre. Pour les Brivistes on le sait, cette opposition entre les deux clubs phares du Massif Central revêt toujours un peu plus d'importance que les autres rencontres.

Face à Clermont, l'une des équipes les plus efficaces championnat, (34 essais), les Brivistes ont su faire preuve de tempérament en jouant sur leurs points forts et avec leurs moyens. Avec un pack rugueux qui a fait souffrir son vis a vis, et alors que les Auvergnats semblaient un peu en-dedans, le CAB en a profité pour capitaliser. D'abord sur un temps fort des Brivistes, le dégagement de Brock James près de sa ligne d'en-but était contré par Régis Lespinas, le plus prompt à aplatir. Avec la transformation de Bélie, les Brivistes prenaient un avantage substantiel (10-0, 17e).  Les Auvergnats tentaient de revenir au score, mais leurs tentatives échouaient dans le dernier geste ou en raison de la défense agressive des Corréziens. Plus enthousiastes, les hommes d'Ugo Mola creusaient l'écart avant la pause, Bélie répondant avec deux pénalités à celle de James, peu en verve aux coups de pied. Les Brivistes revenaient avec les mêmes intentions offensives. Leur première occasion était récompensée par l'essai de Fabrice Estebanez en conclusion d'une attaque où Lespinas jouait un rôle prépondérant (23-3, 43e). 

Piqués au vif, Clermont profitait d'un coaching avec l'entrée de quatre joueurs, parmi lesquels Morgan Parra à la mêlée. L'international profitait d'une pénalité pour hors-jeu des avants corréziens pour lancer d'un coup de pied Julien Malzieu vers l'essai (23-8, 49e). Les Jaunards, plus efficaces et précis, profitaient d'un avantage numérique (exclusion temporaire de Scott Spedding) pour se rapprocher grâce à deux essais d'Elvis Vermeulen à la réception d'un ballon contré d'Estebanez dans son en-but puis de Marius Joubert exploitant un ballon mal contrôlé par Ronnie Cooke (26-22, 68e).

Clermont passait alors la surmultiplié pour tenter de reprendre en dix minutes ce qu'ils avaient laissé filer par apathie ou par manque de lucidité en première période. Mais il était trop tard. Une nouvelle pénalité de Caminati et une défense à toute épreuve permettaient au CAB de résister au rush clermontois. Face à des Corréziens déterminés, les Clermontois ont peut-être surestimé leur capacité à revenir dans le match, même s'ils ont inscrits trois essais contre deux. Ils se sont faits piéger et même s'ils ont arraché le point de bonus défensif, ils se trouvent désormais à la merci de leurs poursuivants Toulon et Castres. Clermont méditera longtemps l'histoire du lièvre et de la tortue. Alors que Brive a fait un bon coup en se donnant un peu plus d'espoir en vue du maintien.