Clermont-Racing
Morgan Parra à la baguette pour Clermont. | Maxppp - Dominique Leriche

Clermont-Racing 92, course de poids lourds à Michelin

Publié le , modifié le

Difficile de faire plus belle affiche pour boucler ce samedi avec cette confrontation, comptant pour la 4e journée, au stade Michelin (20h45) et son nouveau "billard", entre deux grands favoris dans la course au Bouclier de Brennus. Généralement spectaculaires, comme cette demi-finale de Top 14 en juin denier, les chocs entre Jaunards et Racingmen, souvent tournés vers l'offensive et la prise de risque, sont l'assurance d'un spectacle aux quatre coins du terrain. Place au jeu !

Sur la toute nouvelle pelouse de son stade Michelin, refaite à neuf, l'ASM débute en grand à domicile contre, ni plus ni moins, le champion de France en titre. Après un début de saison prometteur mais loin d'être parfait, durant lequel son équipe est toutefois demeurée invaincue (1 victoire pour 2 nuls), Franck Azéma, l'entraîneur des "Jaunards", attend avec impatience les retrouvailles avec le fidèle public auvergnat : « Nous sommes très heureux de retrouver notre pelouse et l’ambiance du Michelin. Cela doit nous apporter quelque chose en plus et élever encore notre niveau de concentration et d’implication. Nous allons recevoir une équipe du Racing qui semble déjà bien huilée, qui s’appuie sur beaucoup de cohésion et un groupe très stable depuis la saison dernière. »

Dans les griffes parisiennes

En dressant le portrait d’une équipe « bien équilibrée, avec beaucoup de justesse dans ses choix, autour d’un Dan Carter plein de fraîcheur », le technicien clermontois reconnaît la difficulté, depuis quelques temps, à son groupe de se sortir des griffes d’une formation qui lui a posé pas mal de problèmes dans un passé récent. Pour autant, Damien Chouly, le troisième ligne centre de l'ASM, n'est en rien revanchard: «Quoi qu’il advienne, ce match ne donnera accès à rien, si ce ne sont des points supplémentaires au classement pour les équipes qui seront capables d’aller les chercher.»

Si personne à Clermont n'a oublié le cruel échec en demi-finales du Top 14, le 17 juin dernier à Rennes, contre ces mêmes Parisiens, au terme d'un match de folie (33-34), les cartes sont redistribuées et le capitaine clermontois, comme ses coéquipiers, sent l’excitation monter : « Nous allons retrouver notre public, face à une grosse équipe du Racing. Nous avons tout pour aborder cette rencontre avec un maximum de motivation et il faudra faire ce qu’il faut pour réussir nos débuts à la maison, en l’emportant. » Contre les équipes de la capitale, les prestations clermontoises sont décidément des plus dingues puisque, la semaine passée à Jean-Bouin, les "Jaunards" sont allés accrocher le Stade Français sur un score à 60 points (30-30) !

"Pas de réel ascendant"

Du côté du Racing 92, personne ne se présente à Clermont en roulant les mécaniques. Surtout pas Camille Chat, le jeune talonneur parisien, qui aborde ce bras de fer avec humilité : « Forcément, il y a de la crainte, car Clermont est une très belle équipe. Il y a toujours une certaine angoisse avant d’aller là-bas. On va essayer de relever une nouvelle fois ce défi et on verra comment ça va se passer. Il y a tout pour faire un beau match de rugby. » L'international de 20 ans ne veut même pas entendre parler d'avantage psychologique : « Non, je ne pense pas que l’on ait un réel ascendant. Oui, on les a battus la saison dernière mais, cette année, c’est autre chose. Ils font un très bon début et sont invaincus en trois déplacements, ça va être très dur ce samedi. »

Nicolas Gettliffe