Brock James Clermont
Brock James (Clermont) encore décisif au pied | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Clermont prend les devants, Bayonne reprend espoir

Publié le , modifié le

Clermont a pris la tête du Top 14 à la faveur de sa victoire sur le Stade Français (25-9) samedi lors de la 23e journée. Le club francilien perd du terrain pour la qualification, face à son principal rival le Racing-Métro qui a dominé Brive 40-19. Le derby basque revient à Bayonne, qui retrouve espoir, en s'imposant devant (24-19). Agen a quasiment assuré son maintien en s'imposant devant Toulon 22-13 alors que Castres a facilement battu Bordeaux-Bègles (44-20).

Home sweet home

Il fallait jouer à la maison pour s'imposer dans les premières rencontres de cette journée. Et même si les débuts de matches furent balbutiants pour le Racing, Clermont ou Agen, ces trois équipes, poussées par leur public, ont trouvé suffisamment de ressources pour ensuite prendre la mesure de leurs adversaires. Le scénario fut un peu différent pour Montpellier qui reverdit avec le printemps: Le MHR, victorieux 43-12 menait déjà 22-0 à la pause face à une formation du LOU qui a perdu de son mordant, en même temps que ses espoirs de maintien.

Clermont à sa main

Après quelques velléités plutôt désordonnées du Stade Français, Clermont a mis son empreinte sur une rencontre importante, pour le leadership du championnat après la défaite du Stade Toulousain la veille à Perpignan. Avec une équipe remodelée (Byrne, Rougerie, Vermeulen, Bonnaire, Zirakachvili sur le banc) les Auvergnats ont inscrit le seul essai de la partie par Cabello, en jouant à leur main. A leur pied plutôt pourrait-on dire, notamment grâce à un étincelant Brock James qui a renouvelé la prestation qu'il avait livré en Coupe d'Europe. Organisateur, animateur et buteur, l'ouvreur clermontois a converti au score la domination de ses coéquipiers (20 points pour lui) pour assurer un succès mérité. Sans être flamboyants, les Jaunards ont assuré la conquête et su faire preuve de pragmastisme alors que les Parisiens n'ont guère trouvé de solutions.

Bayonne revient aux basques de Biarritz

Derby sous haute tension au stade Jean-Dauger avec au coup d'envoi une victoire obligatoire pour Bayonne, 15e et avant-dernier. Ce match sous tension a tenu ses promesses en matière d'intensité et d'engagement, à défaut d'être très spectaculaire. Les deux formations se sont plus que jaugées, elles se sont affrontées sans ménagement mais avec parfois beaucoup de calcul par rapport à l'enjeu. Alternant chacune à leur tour les temps forts, tant en mêlées que dans le jeu au sol, Bayonnais et Biarrots se sont surtout poussés à la faute. Avec pas moins de dix pénalités rien qu'en première mi-temps, et même si Biarritz a eu l'honneur d'inscrire le seul essai du match par Bolakoro bien servi par Peyrelongue, la marque a surtout gonflé grâce aux duels de buteurs que se sont livrés Dimitri Yachvili d'un côté, et l'ouvreur sud africain de Bayonne Potgieter. Ce dernier a aligné un 7/7 avant de connaître trois échecs qui ont mis l'Aviron en difficulté car alors que dans ce match fermé où il était important de profiter des erreurs adverses, les hommes de Faugeron, malgré un drop de l'entrant Garcia qui leur donnait cinq points d'avance, ont tremblé jusqu'au bout. Mais avec beaucoup de bravoure défensive, ils ont contrôlé les dernière du BO qui a buté sur la dernière marche. Cette victoire ne permet pas à Bayonne de sortir de la zone rouge, mais de ne pas être totalement condamné, puisqu'il revient à quatre points de de son voisin basque. L'indécision reste de mise et le calendrier prendra de fait toute son importance pour les trois dernières journées. Biarritz n'est pas encore tout à fait sûr de son avenir. Tout comme l'Aviron qui n'a pas fini de ramer.     

Grenoble atteint son but: Grenoble a assuré son accession en Top 14 pour la saison prochaine grâce à sa victoire bonifiée (35-3), avec quatre  essais, contre La Rochelle samedi à domicile au stade des Alpes, pour le compte  de la 27e journée de Pro D2. A trois journées de la fin, les Isérois sont assurés de terminer premiers de Pro D2, une place qui leur garantit directement un billet pour l'élite.

Signé Barnard

Un autre ouvreur s'est mis en évidence. Le meilleur réalisateur du championnat Conrad Barnard a encore une fois pesé sur le résultat d'Agen. Un SUA survolté porté par la ferveur d'Armandie a mis à mal des Toulonnais qui venaient pourtant en favoris. Mais s'ils sont longtemps restés dans le match en s'appuyant sur leur point fort, la mêlée, les Varois ont en revanche été malmenés en touche et dans les rucks. La furia agenaise a eu raison d'un RCT qui, au fur et à mesure que les minutes passaient, perdait de sa cohésion et se faisait pénaliser pour son indiscipline. Maîtrisant le jeu au pied, les Agenais renvoyaient chaque fois les Toulonnais dans leur camp et profitaient des pénalités pour donner du grain à moudre à leur buteur maison. Cette victoire logique permet aux Lot-et-Garonnais de faire un pas quasiment décisif vers le maintien.