L'essai de Pierre Bernard
L'ouvreur bordelais Pierre Bernard dans l'en-but clermontois | AFP - NICOLAS TUCAT

Clermont plonge à Bordeaux

Publié le , modifié le

Clermont a subi une grosse correction sur la pelouse de Bordeaux-Bègles (52-21) samedi lors de la 8e journée de Top 14. Dominés dans le combat par des Bordelais survoltés qui ont livré un match complet, avec en outre des trois quarts inspirés, les Clermontois n'ont jamais pu prendre le jeu à leur compte. Ils lmaissent passer l'occasion de reprendre la première place à Toulon (vainqueur vendredi 21-18 à Oyonnax) tandis que les Bordelais confirment qu'il faudra compter avec eux cette saison dans la course à la qualification.

Les Girondins, qui avaient à coeur de se rattraper après leur revers briviste, et cherchaient enfin un match référence cette saison, ont atteint ce double objectif, avec une manière -- et un bonus offensif au passage -- qui a  marqué les esprits, et pas que ceux de Clermont. Bordeaux-Bègles, euphorique, a fait voler en éclats la belle série de Clermont, jusque-là invaincu à l'extérieur et qui a concédé plus d'essais dans la seule première mi-temps que sur les sept matches de début de saison.

L'UBB conquérante 

Cette lourde défaite ne remet rien en cause pour l'ASM mais souligne quand  même que l'absence de certains cadres peut, à la longue, être préjudiciable quand l'euphorie gagne l'équipe adverse. En revanche, quand ceux de Raphaël Ibanez sont tous là, on sait que l'UBB peut être très performante. Elle l'a démontré avec des joueurs surmotivés par la venue d'un leader à Chaban-Delmas après Montpellier il y a trois journées, et galvanisés sur le plan offensif. Avec trois essais en première période (Lonca, Bernard, Botha) et autant après la pause  (Talebula, Maynadier, Marais) dans une deuxième période où les Clermontois ont tenté de réagir en franchissantl a ligne deux fois (Nazlaga et Lacrampe), les Bordelais se sont montrés déterminés et conquérants.

L'ASM, privée volontairement de ses internationaux français retenus cette semaine à Marcoussis, n'a pas démérité mais son manque de réalisme s'est fait jour face à une solide défense d'une équipe girondine.qui a l'ambition cette année d'accrocher le Top 6.

Christian Grégoire