Wesley Fofana auteur d'un doublé contre Bayonne
Etincelant, le clermontois Wesley Fofana a marqué un doublé face à Bayonne | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont met la pression sur Toulon

Publié le , modifié le

A Marcel-Michelin, Clermont n'a laissé aucune chance à Bayonne (48-3) à l'occasion de la 14e journée de Top 14. Même bonus offensif pour le Racing contre Agen (40-6), alors que Grenoble a une fois encore prouvé sa solidité à domicile (19-9) contre Bordeaux-Bègles. Biarritz s'est fait peur à Mont-de-Marsan (18-19). Le Stade Français a sombré à Montpellier (54-16).

Intraitable à domicile, Clermont termine l'année 2012 sur un 52e succès consécutif dans son antre de Marcel-Michelin (48-3). Maladroits lors des vingt première minutes, les hommes de Vern Cottter s'en sont remis à Fofana (23e, 27e) puis à Nalaga (49e, 62e), tous deux auteurs d'un doublé. Buttin (67e) et Stanley (70e) ont conclu une belle deuxième mi-temps. "Nous nous sommes rendus le match encore plus  difficile par nos propres fautes et ces cartons jaunes", regrettait Christian Lanta, l'entraîneur de l'Aviron. Seul point noir pour les Jaunards, la blessure à la cheville d'Aurélien Rougerie, sorti de la pelouse sans poser pied à terre. Deuxième du classement, la Yellow Army revient à deux points de Toulon, qui reçoit Perpignan ce soir à Mayol (20h45). "Nous voulions consolider notre 2e place. C'est fait. C'est bien,  même si cela a été un peu compliqué par moments. Nous sommes un peu tombés dans l'excès de jeu", analysait Morgan Parra.

Le Racing recolle

Sous pression après sa large défaite à Castres la semaine dernière, le Racing-Metro a répondu de la plus belle des manières à Colombes en étrillant Agen (40-6). Bien en place, les troupes de Gonzalo Quesada ont marqué quatre essais, synonymes de bonus offensif. Un de pénalité (21e), deux par l'intermédiaire du 3e ligne Gérondeau (39e, 75e) puis le dernier aplatit par Imoff (79e). Le 7/8 de Machenaud aux tirs au but a fait le reste. Les Racingmen se relancent dans la course aux barrages alors qu'Agen reste avant-dernier et peut s'inquiéter.

Grenoble invincible à Lesdiguières

Huit sur huit. Invaincu sur son terrain jusque-là en Top 14, Grenoble a aligné une huitième victoire consécutive à Lesdiguières en venant à bout de Bordeaux-Bègles (19-9). Quatre pénalités de Courrent (15e, 26e, 46e, 75e) et un essai de Gengenbacher (53e) ont permis aux Isérois de s'imposer. L'UBB a manqué la pénalité du bonus défensif à la dernière minute par Sanchez et reste 12e à un point du premier relégable Agen. "Ce fut un match engagé, un beau combat, mais au final, le pressentiment qui domine, c'est 'tout ça pour ça' !", regrettait Raphaël Ibanez, le manageur de Bordeaux. "On ne rapporte une nouvelle fois aucun point de ce déplacement. Chaque  semaine, nous mettons pourtant toutes les chances de notre côté à  l'entraînement, mais nous péchons par manque de discipline et d'efficacité lors  des matches." Le soulagement, c'était le sentiment qui prédominait du côté de son homologue grenoblois, Fabrice Landreau: "Ce n'est pas la victoire la plus éclatante, mais nous  avons su nous remettre en question après notre succès contre Toulouse. Savoir  remporter ces matches-là, après avoir été sur un petit nuage, c'est ce qu'il y  a de plus difficile."

Biarritz au forceps

A Mont-de-Marsan, Biarritz a eu toutes les peines du monde à s'imposer (18-19). Alors qu'ils menaient 12-19 grâce à la botte de Yachvili et un essai de pénalité (3e), les Basques ont tremblé jusqu'au bout à cause de l'adresse face aux perches de Duvallet puis Claverie. Et cela laisse forcément des regrets du côté montois: "C'est frustrant parce que je pensais sincèrement qu'on allait  gagner étant donné le déroulement du match. Nos entames de match nous coûtent  cher", soulignait le pilier Sébastien Ormaechea. "Il y a des  décisions qui sont prises par l'arbitre. Il faut les respecter. Mais, je pense  que sur la dernière mêlée, il y a faute et il y a pénalité pour nous. L'arbitre  voit les choses différemment, il faut l'accepter." Après sa défaite au Stade Français (36-23), le BO revient comme le Racing dans la course aux barrages.

Feu d'artifice à Montpellier

François Trinh-Duc a été l'un des grands bonhommes de Montpellier. L'ouvreur international a parfaitement mené ses troupes à une large victoire, nette et sans bavure sur le Stade Français (54-16). Les Parisiens sont partis à la dérive, et le Montpellierain a bien mis les choses en place pour parvenir à ce constat. D'abord en plaçant son pied en touche à la réception d'un coup de pied, pour obtenir une touche, remonter une partie du terrain sur le bord de la touche pour remettre en jeu pour Figallo qui transmettait à Combezou qui partait inscrire le premier essai après seulement 4 minutes. A la 36e minute, après un essai de Nagusa, Trinh-Duc revenait sur l'intérieur pour transpercer l'axe de la défense et inscrire son premier essai personnel (27-6). Et à la 55e, il était plaqué sans ballon à 5m de l'en-but par Arias alors qu'il était au soutien de Bustos Moyano, aboutissant à une pénalité rapidement jouée par Thomas qui aplatissait le 5e essai de Montpellier, avec Trinh-Duc encore une fois au soutien. Au sein d'un collectif bien huilé et face à une formation à la dérive, le Montpellierain a brillé, comme ses coéquipiers.

Jerome Carrere