Brock James Clermont
Brock James. | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont enjambe Biarritz

Publié le , modifié le

Clermont s'est imposé sur la pelouse de Biarritz lors de la première journée du Top 14 (18-22). Solides mais encore en rodage, les Auvergnats ont su exploiter les nombreuses fautes des Basques qui auraient pu revenir en fin de match mais les partenaires de Yachvili ont réagi trop tard.

Clermont-Toulon même combat pour deux prétendants déclarés au titre. Mais là où les Varois ont dû se contenter du match nul la veille à Montpellier (22-22), les Auvergnats ont su prendre les trois points de la victoire à Biarrtitz. Sans briller mais les hommes de Vern Cotter sauront certainement s'en contenter en attendant d'ajouter la manière. Sans quelques cadres emblématiques tels que Rougerie, Fofana ou Malzieu, tous aux soins, les "Jaunards" ont parfois semblé en manque d'inspiration dans leurs enchaînements.

Leur chance était que les Biarrots étaient victimes des mêmes scories dans leur jeu. Au supplice dans chaque mêlée, où les nouvelles règles sont visiblement encore loin d'être assimilées, les Basques commettaient beaucoup trop de fautes pour espérer s'en sortir indemnes. Surtout face à un artilleur commme Brock James. Le temps glisse sur l'ouvreur australien, toujours aussi précis dans ses coups de pied et dans ses passes. Comme celle qui trouvait le centre King qui, d'un simple crochet intérieur, désossait complètement la défense adverse pour inscrire le premier essai du match (0-13, 19e).

Yachvili n'abdique pas

Après cette entame quasi-parfaite, les Clermontois perdaient un peu de leur superbe et tombaient dans les approximations. Mais le B.O n'était pas au mieux non plus. Sans Harinordoquy, le club basque, pourtant auteur d'une excellente pré-saison, ne pouvait compter que sur la botte de Yachvili pour rester à flot. Mais à distance respectable. Le demi de mêlée de Biarritz sonnait pourtant la révolte. D'abord en inscrivant un essai de filou (58e), puis en étant à l'origine d'une magnifique action qui envoyait l'espoir Teddy Thomas derrière la ligne (78e). Hélas pour les hommes de Faugeron, la sursaut était trop tardif et les Basques venaient mourir à quatre points des Auvergnats au final (18-22). Clermont pouvait souffler car la fin de match commençait à lui échapper sérieusement. 

Julien Lamotte