Fritz Lee (Clermont)
Fritz Lee (Clermont) perfore la défense de Biarritz | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont enfonce Biarritz

Publié le , modifié le

Clermont passera Noël en tête du Top 14. Dans leur chaudron de Marcel-Michelin, les Auvergnats n'ont fait qu'une bouchée des Basques du Biarritz Olympique 35-6 avec quatre essais inscrits. Son dauphin, Castres, a lui aussi pris le bonus face à Perpignan (37-13). Les Tarnais sont à égalité avec Toulon, vainqueur de Montpellier cet après-midi (43-10). Dans le match de la peur, Oyonnax a battu Bayonne d'une courte tête 9-6.

Cette première salve des matches retour n'a dans l'ensemble guère fait  bouger les lignes au classement, en attendant Toulouse, qui joue samedi soir à  Ernest-Wallon contre Bordeaux-Bègles. Les Toulousains sont en tous cas sous pression, condamnés à la victoire  s'ils veulent conserver leur place dans le wagon de tête, dont ils faisaient  partie avant le début de la journée. Clermont a assuré l'essentiel à Marcel-Michelin en y enchaînant une 69e  victoire consécutive, contre la lanterne rouge Biarritz (35-6), dernière équipe  à l'avoir battu en Auvergne le 21 novembre 2009.  Le succès a toutefois mis du temps à se dessiner pour les Clermontois, qui  ont dû attendre la 50e minute et un premier essai de Julien Malzieu pour se  détacher. Les Auvergnats, qui ont ensuite ajouté trois autres essais, comptent  toujours quatre longueurs d'avance sur Toulon et Castres. Le RCT a fait feu de tout bois à Mayol contre Montpellier (43-10), inscrivant cinq essais pour décrocher le bonus offensif.

Le Racing patine à Brive

Le champion de France Castres a de son côté surclassé (37-13) une équipe de  Perpignan diminuée et engluée dans le marasme, avec un sixième revers  d'affilée. A Pierre-Antoine, le CO a d'abord compté sur un doublé de son N.8 Antonie  Claassen à la fin du premier quart d'heure, puis à un essai de Rémi Talès en  début de seconde période. Après un essai du Perpignanais Joffrey Michel, il a  fallu attendre les derniers instants et une percée de Seremaïa Baï pour assurer  le bonus offensif. Si le Stade Français (4e), à deux points de Toulon et Castres, a tenu le  rythme vendredi en battant Grenoble (21-6), toutefois sans le bonus à  Jean-Bouin, l'écart est creusé derrière. Le Racing-Métro (8e) est ainsi à huit longueurs du RCT et du CO, après son  match nul arraché à Brive (9-9) sur une pénalité de Jonathan Sexton dans les  dernières minutes. Obtenu au terme d'un match fermé et haché par les  maladresses de part et d'autre, ce résultat n'est en soi pas mauvais pour les  Racingmen, tant rapporter des points des déplacements est une performance rare  cette saison dans le championnat. Il n'empêche, il ne fait guère avancer les Franciliens. En bas de tableau, Oyonnax a décroché un succès essentiel face à Bayonne, à  Charles-Mathon (9-6). L'USO (12e) a désormais trois points d'avance sur l'Aviron (13e) et 12 sur  le BO. Plus que jamais, les Basques sont en mauvaise posture.