Aurélien Rougerie (Clermont)
Aurélien Rougerie (Clermont) | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Clermont détruit le Stade Français

Publié le , modifié le

Clermont a nettement dominé le Stade Français (37-10, 4 essais à un) ce samedi au Stade de France. Les Jaunards reprennent provisoirement la tête du classement avec deux points d'avance sur Toulon qui reçoit Toulouse ce soir à Mayol. Paris a perdu ses dernières illusions concernant les play-offs. Castres a conforté sa 4e place en l'emportant difficilement devant Montpellier (26-20). Perpignan se replace dans la course aux barrages en allant gagner (17-31) à Mont-de-Marsan, de plus en plus près de la relégation.

Le Stade Français n'a pas fait mieux que Grenoble la semaine précédente. Invaincus jusque-là à domicile (un seul match nul concédé), les Soldats Roses ont subi la loi de l'armada jaune et bleue, intraitable à l'approche du printemps. Seul Clermont reste maître chez lui cette saison. Les Clermontois ont assommé les Parisiens en à peine une demi-heure. Trois essais signés Rougerie (2e), Cudmore (12e) et Sivivatu (27e), trois essais de très belle facture, ont donné un aperçu du talent des Auvergnats qui se présentent comme de sérieux candidats au Top 14 comme en H Cup. Derrière, ils se sont contentés de gérer leur avantage.

Festival clermontois

Dès la 2e minute, Lee Byrne, servi par Regan King, transperçait le rideau défensif parisien pour servir ensuite Rougerie qui filait aplatir dans l'en-but pour son 85e essai en carrière (0-7 après la transformation de Morgan Parra). Après une pénalité du demi-de-mêlée international, Cudmore inscrivait le deuxième essai après une percée de Nalaga et une offrande de Sivivatu (13e). Juste avant la demi-heure, suite à un lancement en touche, le ballon sortait rapidement pour King qui se jouait de Warwick: Rougerie effectuait une passe sautée pour Sivivatu qui concrétisait en terre promise (3-24, 27e).

Dès l'entame de la seconde période, Parra alourdissait le score de son coup de pied précis (48e et 51e). Les Stadistes tentaient de réagir mais ils butaient sur la solide défense adverse. Ils réduisaient toutefois l'écart sur un essai signé Rodriguez Gurruchaga après une belle passe de Missoup consécutive à un bon ballon de récupération (69e). Mais Nalaga marquait un quatrième et dernier essai tout en puissance dans les ultimes minutes en résistant à plusieurs parisiens accrochés à son short mais incapables de stopper l'avancée irrésistible du Fidjien (10-37, 76e). Un spectacle à sens unique pour un score très lourd.

Castres s'en sort au finish

Castres a réalisé son double objectif en battant (26-20) Montpellier, en repoussant un adversaire direct aux barrages et en restant hors de portée des poursuivants en forme, le Racing-Métro et Perpignan. Pour Montpellier, qui rapporte le bonus défensif, l'occasion était pourtant belle de passer devant son adversaire d'un soir qu'il a dominé pendant une mi-temps avant de céder en raison notamment d'une multiplication de fautes et du carton jaune de Hancke. Les Héraultais refroidissaient le stade Pierre-Antoine en inscrivant deux essais en moins d'une demi-heure. D'abord par Artru concluant une action lancée par Trinh-Duc et surtout une percée d'Amorosino (6). Puis Creevy inscrivait en force un essai après une nouvelle incursion d'Amorosino puis un changement d'aile et un regroupement vainqueur (28). Pour leur dixième opposition en quatre ans, toutes disputées par le capitaine castrais Cabannes, Castres était surpris par les Héraultais emmenés par un Trinh-Duc variant chandelles et coups de pied de déplacement. Le CO réagissait en fin de première période par un essai de Mach au pied des poteaux (36) et une pénalité de Kockott pour un score plus équilibré à la pause (16-20).

Un acte d'antijeu de Hancke pénalisait les Héraultais (45). La pénalité de Kockott rebondissant sur le poteau donnait l'occasion aux Castrais, plus attentifs, de passer devant. Andreu, entré en jeu, était le plus prompt à sortir d'un regroupement pour marquer (23-20, 46). L'ailier castrais était même près de récidiver deux minutes plus tard. Souvent fautifs, les coéquipiers de Gorgodze subissaient mais profitaient de la maladresse de Kockott (4 pénalités réussies sur 8 tentées) pour rester dangereux et ramener le point de bonus défensif.

Le Racing déroule, Bordeaux-Bègles respire

Irrésistibles depuis le début de la phase retour, les joueurs du  Racing-Métro ont  signé contre Grenoble une septième victoire de suite (23-3), avec deux essais de l'ailier argentin Juan Imhoff. Les Franciliens (6e) reviennent à hauteur de Montpellier, où ils se déplaceront vendredi prochain. Les Héraultais devront se ressaisir après avoir laissé filer la victoire (26-20) à Castres alors qu'ils menaient 20-6 au bout d'une demi-heure de jeu. Quatre points devant leurs adversaires, les Tarnais sont désormais solides quatrièmes.

Perpignan reste également dans la course avec son succès (31-17) chez la lanterne rouge Mont-de-Marsan.
Si la relégation des Landais paraît inévitable, le spectre de la Pro D2 s'éloigne pour Bordeaux-Bègles qui a brillamment pris l'ascendant sur son concurrent direct Agen, dominé avec le bonus.
Grâce notamment à six essais inscrits, les Girondins sont premiers non-relégables avec trois points d'avance sur les Lot-et-Garonnais, le plus gros écart en leur faveur cette saison.