Regan King
Regan King | SAMSON / AFP

Clermont continue, Biarritz s'enfonce

Publié le , modifié le

Clermont a conforté sa place de leader du Top 14 en s'imposant devant Bayonne (19-13) vendredi lors de la 5e journée, alors que son dauphin, le Stade Toulousain, s'est imposé sur le fil à Agen 24-23. Castres confirme en l'emportant (30-24) devant une équipe de Brive accrocheuse. Rien ne va plus pour Montpellier encore battu sur sa pelouse (16-20) par Bordeaux-Bègles, tout comme Biarritz victime de Perpignan (24-29).

Le match du jour: le BO prend l'eau

Perpignan, en infligeant une nouvelle défaite à domicile à Biarritz 29 à 24 a plongé définitivement le club basque dans la crise.  Le BO, qu'on sait depuis des semaines handicapé par les absences de ses cadres, n'a une nouvelle fois pas su résoudre le problème catalan, comme il y a quinze jours contre Castres. Et s'il a empoché tant bien que mal le bonus défensif à l'ultime seconde sur une pénalité de Barraque, il se confirme que sa saison va être longue, voire compliquée sans réaction d'orgueil rapide Face à une USAP plus réaliste, meilleure gestionnaire, et qui s'ancre dans le quarté de tête au classement, Biarritz a pêché, une nouvelle fois, en ne profitant de ses occasions et au niveau de l'indiscipline.

Clermont reste invaincu, Toulouse se fait peur

Clermont a remporté sa cinquième victoire en autant de matches en battant Bayonne 19 à 13. Si  les Clermontois sont toujours leaders du championnat et ils le doivent d'abord à leur solidarité et à leur défense de fer. Face à des Bayonnais féroces dans l'engagement physique, les Auvergnats ont dû puiser dans leurs ressources pour remporter un match âpre et indécis jusqu'au bout.  Car Bayonne a longtemps fait trembler les près de 17.000 spectateurs du stade Michelin. Mais Clermont a réussi à reprendre la main dans le
sillage d'un paquet d'avants dominateur emmené par l'inusable Vosloo, et grâce à un essai de King. Brock James s'est chargé du reste dans une seconde période tendue, où les défenses ne laissaient rien passer et les buteurs se rendaient coup pour coup. Clermont a donc assuré l'essentiel mais est passé tout près de la correctionnel. 

Toulouse a également senti le vent du boulet à Agen. Mené à une minute de la fin, le Stade Toulousain s'est imposé dans le temps additionnel grâce à un second essai transformé du Néo-Zélandais McAlister (24-23), auteur de 19 points. 

Quatre à la suite pour Castres

Castres a signé sa quatrième victoire consécutive et conforté sa place dans le trio de tête en battant Brive (30-24) au stade Pierre-Antoine, grâce à 10 pénalités de Teulet et Bernard. Dans ce match sans action d'éclat, les deux équipes ont manqué de tranchant. Alors qu'Agen avait vite sombré sur cette même pelouse la semaine dernière, Brive a offert une belle résistance, et a même mené marqué le seul essai du match mais a commis trop de fautes, laissant les buteurs castrais assurer une victoire aux forceps. 

Le Racing s'en sort bien

Ce fut aussi une question de pénalités à Colombes. En effet, une nouvelle fois le LOU a dû baisser pavillon face au Racing-Métro (25-12)   après avoir pourtant monter une visage plutôt séduisant, en concédant trop de fautes. Les Lyonnais auraient pourtant mérité un bien meilleur sort. Leur pack a répondu au défi physique imposé par le Racing et les trois-quarts ont montré de meilleures dispositions que leurs homologues franciliens. Mais ils ont été trop sanctionnés en défense, souvent pour hors-jeu, et l'ouvreur du Racing Jonathan Wisniewski, impérial, n'a pas tremblé face aux poteaux pour inscrire au total 17 points.

La déception: Montpellier battu par le promu bordelais

"La vérité du terrain a parlé. Il n'y a pas de progrès". Ainsi s'est exprimé en susbstance Fabien Galthié. Fataliste, l'entraîneur de Montpellier n'a pas trouvé d'excuses à son équipe battue sur sa pelouse par le promu Bordeaux-Bègles. Les  derniers finalistes du championnat semblent toujours aussi empruntés, privés de solutions. Pourtant les Bordelais ont aussi livré un mauvais match, mais sans doute moins fébriles, avec moins de pression, ils ont su prendre leur chance et ont eu le mérite d'y croire jusqu'au bout.