Napoleoni Nalaga Clermont Toulon
Napoleoni Nalaga (Clermont) s'arrache face à la défense toulonnaise | THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Clermont bat Toulon au finish

Publié le , modifié le

Clermont a battu le leader Toulonnais au terme d'un match haletant, et d'une dernière pénalité signée Brock James dans les arrêts de jeu, lors du choc de la 11e journée de Top 14 (24-21). Les Auvergnats, grâce à une volonté de fer, signent sur le fil une cinquantième victoire de rang à domicile et se rapprochent des Varois en tête du classement. La surprise du jour est l'oeuvre de Mont-de-Marsan qui a gagné au Racing (16-17).

Pendant longtemps, Jonny Wilkinson a semblé en mesure de faire tomber la citadelle imprenable de Marcel Michelin. Le génial Anglais, auteur des 21 points de son équipe, aurait pu au moins se contenter du partage des points mais la volonté farouche des Clermontois de signer un 50e succès à domicile à eu raison du leader varois. Ce dernier n'égalera donc pas le record du meilleur début de saison en Top 14, jusque-là co-détenu par le Stade Français (2006-2007) et Toulouse (2007-2008), avec 10 victoires en 11 matchs. Les absents, retenus en sélection (Domingo, Kayser, Debaty, Chouly, Parra, Fofana pour Clermont; Michalak, Suta, Mermoz, Fernandez-Lobbe, Jenkins pour Toulon), ont eu tort car ce match, de par son intensité, fut énorme.

Pas de chichis dès le début de match : Sivivatu déchire le rideau toulonnais au terme d'une chevauchée folle et obtient la première pénalité du match. Brock James ouvre les hostilités (3-0). Réponse immédiate des Varois signée Wilkinson, qui passe une pénalité de près de 50 mètres (3-3, 4e) avant de donner l'avantage aux siens (3-6, 8e). Le choc tient toutes ses promesses, le RCT faisant, sans surprise, parler la puissance de ses avants, et les Auvergnats répondant par une bonne conservation du ballon. Ce qui n'empêche pas Botha et Bardy de s'échanger quelques baffes bien senties. Mais Nalaga se charge alors de remettre les esprits en place en étant à l’origine d'une action qu'il conclue lui-même après arbitrage vidéo (10-6, 18e). Le match est fou, l'intensité palpable mais pourtant le rythme s'affaisse progressivement. Les deux équipes se craignent trop pour se découvrir et attendent principalement la faute adverse. Les deux ouvreurs, James et Wilkinson, rajoutent chacun un coup de pied avant la pause mais c'est tout (13-9, 40e).

Wilkinson-James, duel au sommet

Scénario identique à la reprise avec des Toulonnais trop brouillons pour tromper la vigilance clermontoise. Les vagues varoises se brisent inlassablement sur le mur jaune et, comme souvent dans ces cas-là, les hommes de Bernard Laporte se font cueillir par un contre assassin signé King, qui échappe à deux placages pour inscrire l'essai du break (18-9, 55e). Mais le RCT n'est pas leader du championnat pour rien. Au mental, à défaut d'être génial, Toulon s'accroche. Et s'en remet encore une fois à la botte de Jonny Wilkinson pour se sortir du guêpier. En trois coups de maître (61e, 68e, 73e), l'Anglais ramène ses coéquipiers à hauteur ! Clermont, qui se voyait faire tomber l'ogre, perd qui plus est Aurélien Rougerie, qui écope d'un carton jaune pour une faute au sol. A dix minutes de la fin du match, le Stade Marcel Michelin tremble sur ses fondations. Son inviolabilité ne tient plus qu'à un fil... 

Pourtant, même en infériorité numérique, les Clermontois obtiennent la pénalité de l'espoir : James, pourtant moins en réussite que son vis-à-vis toulonnais, assure et redonne l'avantage aux hommes de Vern Cotter (21-18, 78e). Et c'est là que la partie bascule dans la folie. A quelques secondes de la fin, Wilkinson, toujours lui, place un drop assassin qui refroidit le volcan auvergnat (21-21, 80e) et on semble s'acheminer vers un match nul, d'autant que la sirène vient de retentir, quand Matt Giteau pousse, semble-t-il volontairement un ballon en touche de la main… Pénalité pour l'ASM ! James, de nouveau, a le destin du match entre ses pieds : l'Australien ne tremble et pas et envoie Clermont au paradis (24-21, 82e) ! C'est l'hystérie collective, le terrain est envahi par les supporters en folie. Les seuls capables de prendre la forteresse de Marcel Michelin

Première pour Mont-de-Marsan 

Grosse désillusion pour le Racing-Métro et grosse satisfaction pour la lanterne rouge Mont-de-Marsan qui est allée chercher à Colombes son premier succès de la saison (16-17).  Le promu landais a créé la sensation face à un des Racingmen qui, bien que privés de sept internationaux,  visaient le bonus offensif pour se rapprocher de la 6e place, synonyme de barrages, mais trop brouillons dans le jeu, ils ont dû totalement s'en remettre à Barkley, leur ouvreur, qui a failli en fin de rencontre en ratant deux pénalités devant les poteaux. Le drop assassin de Vignau Turquet à quatre minutes du terme venait couronner une partie pleine d'engagement à défaut d'être brillante de la part de valeureux Montois. 

L'autre club francilien s'en est un peu mieux sorti mais dans la douleur pour venir à bout d'Agen 20-13. Grâce à ce succès, le Stade Français prend de l'air sur le bas du tableau. Mais, dans le sillage de deux belles prestations - victoire face à Toulouse, courte défaite à Toulon - il était permis d'en attendre un peu plus de l'équipe parisienne que ce succès étriqué face à un mal-classé.Avec cette quatrième défaite consécutive adoucie par le bonus défensif, Agen, qui a trop souffert en conquête pour espérer l'emporter, s'enfonce de son côté dans les tréfonds du classement.  

La fin de match a été heureuse pour Castres à Bordeaux-Bègles. Les Tarnais ont remporté la victoire (16-13) sur une pénalité de Rory Kockott dans les arrêts de jeu. Ils sont cinquièmes, devant Grenoble qui a poursuivi sur sa lancée du début de saison en remportant contre Bayonne (9-6) son sixième succès à domicile.

Déclarations

Vern Cotter (entraîneur de Clermont): "C'était un match tendu avec beaucoup d'intensité, mais je pense que notre victoire est méritée. Nous marquons 2 essais à 0 contre Toulon et nous avons eu beaucoup de ballons. Notre équipe a une âme. Aujourd'hui il nous manquait des leaders sur le terrain, mais l'équipe s'est soudée. On a vu beaucoup de solidarité dans le combat et la défense et même en finissant à 14 nous réussissons à gagner. C'est un énorme effort. Ce match était le premier d'une série de gros matches et cette victoire va nous faire du bien".

Olivier Azam (entraîneur adjoint de Toulon): "Nous sommes forcément déçus, nous avons fait ce qu'il fallait pour revenir au score, arracher le match nul et sur la fin, il y avait même la place pour l'emporter. C'est regrettable que ça se termine comme ça. Je n'en veux pas à l'arbitre, tout le monde fait des erreurs et nous les premiers. C'est dommage que le spectacle ne soit pas laissé aux joueurs. Au-delà de la déception, nous sommes contents d'avoir montré des valeurs et beaucoup de courage dans un match qui a été un dur combat."  

Julien Lamotte