Geoffrey Doumayrou file à l'essai contre les Harlequins
Le trois-quart centre de La Rochelle, Geoffrey Doumayrou, échappe à la vigilance des Harlequins. | OLLY GREENWOOD / AFP

Champions Cup : Un premier exploit de prestige pour La Rochelle !

Publié le , modifié le

Quel exploit ! Pour son premier match eurpopéen de son histoire, le Stade Rochelais est allé s'imposer sur la pelouse des Harlequins (34-27). Au terme d'une rencontre intense, La Rochelle n'a jamais été complexée par ce statut de petit nouveau dans la cour des grands d'Europe. Au contraire, portés par un excellent Doumeyrou, auteur d'un doublé, et un très bon Lamp à l'ouverture, les Rochelais n'ont laissé que très peu d'espaces à leur adversaire anglais, surpris en son antre pour cette première journée d'ER Champions Cup.

Les Rochelais ont frappé un grand coup en Angleterre, envoyant un sacré message : l'Europe devra compter sur eux et leur jeu offensif. Rien de mieux que de partir sur les chapeaux de roue pour éliminer le trac de la grande première. Les Rochelais sont donc partis à l'abordage dès le coup d'envoi pour ne relâcher leur effort que dans les dix dernières minutes, une fois le bonus en poche.

Entame explosive

Il n'aura fallu que trois minutes pour voir les hommes de Patrice Collazo ouvrir la marque suite à un maul bien négocié sur pénaltouche (7-0, 3). Après un échange de pénalités de Lamb et Marcus Smith, les "Quins" revenaient dans le match grâce à un essai de Matthews après un bon travail de Roberts (10-10, 16).

Les Maritimes passaient alors la seconde et prenaient définitivement la tête. D'abord, Doumayrou concluait un essai de 80 mètres (25) puis Priso marquait en force après une série de passes après contact dans les 22 mètres (24-10, 30). Si les Londoniens s'offraient un sursaut grâce à Marchant (33) après une mauvaise montée défensive de Lamb, victime de la feinte de passe Brown, l'ouvreur rochelais se rattrapait en réussissant exactement la même feinte sur Smith avant d'envoyer Doumayrou à l'essai (31-17, 45).

Le bonus et le relâchement

Lamb réussissait ensuite une pénalité (34-17, 53) pour faire le break. Il s'agissait ensuite de tenir... ce que le Stade Rochelais faisait dans la douleur. Collier en force (62) puis la botte de Smith (79) grignotaient l'écart lors de dix dernières minutes à sens unique. Mais c'était trop tard, pour les "Quins", l'accélération rochelaise avait été bien trop brutale pour ce sursaut tardif.