Chabal : "Des grosses bêtises qui nous coûtent cher"

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro s'attend à un match "difficile" face au Stade Toulousain, leader du Top 14 , samedi au Stade de France lors de la 16e journée. C'est en tout cas ce qu'estime le 3e ligne Sébastien Chabal pour qui le club francilien, qui "perd ses matches tout seul", ne "regarde pas trop l'adversaire."

Comment abordez-vous ce choc face au Stade Toulousain ?
Sébastien Chabal : "On a joué les deux dernières rencontres sans trop de pression même si sur l'avant-dernière, il y avait encore une petite chance de se qualifier (en Coupe d'Europe, ndlr). Cette rencontre va être difficile face au leader du Top 14 , une grosse équipe de Toulouse. On ne sait pas dans quelles conditions ils vont se déplacer au Stade de France mais vu leur effectif, ça va être difficile. Ce sera à nous de corriger ces petites erreurs qui nous font défaut et qui ne nous permettent pas de valider nos belles sorties."

Quelles étaient ces petites erreurs ?
S.C: "C'est le haut niveau. Quand on joue la Coupe d'Europe, cela se joue sur des détails, de la précision. Aujourd'hui, on a un groupe qui bouge encore. On a récupéré quelques blessés, quelques mondialistes qui reviennent aussi. C'est dur de dire ça encore aujourd'hui mais il faut que l'on trouve des automatismes et des repères ensemble. On voit qu'il y a de la qualité car on arrive à faire du jeu, à produire, à marquer et on prend aussi beaucoup de points avec de grosses bêtises qui nous coûtent cher. Mais on voit qu'on n'est pas loin."

Q: Le manageur toulousain Guy Novès a indiqué qu'il laisserait de nombreux titulaires au repos. Le Racing est-il favori ?

S.C: "Beaucoup de clubs aimeraient avoir la deuxième équipe de Guy Novès (sourires). On ne regarde pas trop l'adversaire. Les matches, on les perd tout seul sur de petites choses qu'on ne fait pas correctement. C'est sur cela que l'on va essayer de travailler. On a un calendrier difficile: on reçoit Toulouse, on va à Clermont et au LOU. Ce n'est pas facile mais on sait depuis le début de la saison que ce championnat est compliqué. Même si on est sixième et qu'on est encore dans les clous, on s'est mis dans une mauvaise situation en perdant à la maison. On a rattrapé le coup à l'extérieur mais pour cela ça va être très difficile de rester dans les six, il faudra batailler week-end après week-end. Tous les points seront vraiment importants."

Quel souvenir conservez vous de l'éclatante victoire de la saison passée au Stade de France ?

S.C: "C'était un beau match. Tu réussis rarement ce genre de matches. Tout était en notre faveur, les rebonds allaient chez nous. Parfois, tu es dans un jour comme ça, c'est l'euphorie collective et tu arrives à passer trente ou quarante points au Stade Toulousain. Mais cela ne reflétait pas le niveau des deux équipes à ce moment de la saison."

Votre contrat expire en fin de saison. Allez vous encore rester de longues années au Racing ?
S.C: "De longues années, pas sûr et certain ! Peut-être une saison supplémentaire. On est en train d'en discuter. Ca a l'air bien parti, je crois qu'on a tous la même envie et on devrait être fixé assez rapidement."

AFP