Castres bouclier de Brennus
La joie des Castrais | BERTRAND LANGLOIS / AFP

Castres: un Bouclier en héritage

Publié le , modifié le

Castres a remporté samedi son titre de champion de France grâce à un collectif soudé qui aura la tâche de le faire fructifier la saison prochaine sans ses entraîneurs et plusieurs joueurs majeurs sur le départ.

Joueurs et encadrement ont souligné samedi "l'aventure humaine" et les  "vertus collectives" qui ont mené le Petit Poucet jusqu'au sommet après avoir  notamment écarté le leader de la saison régulière, Clermont, en demi-finale  (25-9) puis le champion d'Europe et deuxième de la phase régulière, Toulon, en  finale (19-14). Mais l'équipe qui a touché "le Graal" selon l'expression des Tarnais va  connaître plusieurs changements, avec en premier lieu le départ de son duo  d'entraîneurs Laurent Labit et Laurent Travers, au talent unanimement reconnu  et désormais couronné d'un titre, qui rejoindra le Racing-Métro cet été.  Deux joueurs majeurs vont également quitter le club: l'ailier international  Marc Andreu va suivre ses entraîneurs en région parisienne et le puissant  deuxième ligne samoan Joe Tekori va rejoindre le Stade Toulousain.

L'avenir de Rory Kockott, leur maître à jouer et buteur depuis deux  saisons, une nouvelle fois décisif samedi au Stade de France, est également  très incertain. Un temps annoncé au Racing-Métro, également courtisé par Toulouse et des  franchises sud-africaines, le joueur de 26 ans avait exprimé en début d'année  son souhait de partir. Mais le club veut lui faire honorer sa dernière année de  contrat. Le titre changera-t-il la donne? "Je ne sais pas si je serai encore ici l'an prochain. J'ai eu une saison  difficile, on verra", s'est contenté de déclarer le Sud-Africain au micro de  France 2, avant de traverser la zone mixte sans parler à la presse. "On va discuter, je souhaiterais (qu'il reste) mais... Nous allons avoir  une discussion. Il nous a beaucoup apporté et on trouvera une solution qui  tiendra compte de tous les paramètres humains", a indiqué Pierre-Yves Revol,  ancien président du club (1988-2008) aujourd'hui à la tête de la holding  personnelle de Pierre Fabre qui inclut le CO.

   Ossature    

La prochaine saison a été préparée. "Notre budget n'augmentera pas  considérablement, a prévenu Revol. On va essayer de continuer avec d'autres  entraîneurs mais avec les mêmes valeurs, les même principes. On n'a pas les  moyens de se payer de grosses stars". Les entraîneurs seront remplacés par un trio composé de Matthias Rolland,  deuxième ligne qui a évolué sous leurs ordres à Montauban et Castres durant  neuf saisons et prendra le poste de manager, avec pour entraîneurs Serge Milhas  et David Darricarrère. Les deux hommes ont déjà dirigé notamment La Rochelle  (Pro D2) entre 2007 et 2011.
Côté joueurs, le demi de mêlée de Montpellier Julien Tomas, et probablement  son partenaire Santiago Fernandez, rejoindront le Tarn, comme le deuxième ligne  international écossais Gray, l'ailier lyonnais Romain Grosso, le demi de mêlée  de Bayonne Cédric Garcia et l'arrière d'Albi Geoffrey Palis.

L'équipe gardera une ossature solide autour de ses internationaux Yannick  Forestier, Antonie Claassen, Rémi Talès, Romain Martial et Brice Dulin et de  joueurs de devoir comme Karena Wihongi, Brice Mach, Yannick Caballero, Ibrahim  Diarra et Romain Cabannes. "Une expérience comme celle-ci renforce les liens, l'expérience, la  confiance. L'année prochaine, Castres sera toujours une équipe très difficile à  manoeuvrer", assure Laurent Travers. "Tout ne va  pas se faire en six mois, mais je ne me fais aucun souci pour  l'avenir du CO, ajoute Laurent Labit. Ce titre va faire grandir beaucoup de  joueurs. En 80 minutes, beaucoup de joueurs ont pris conscience qu'ils ont  changé de dimension. A eux de continuer cela et d'aider les nouveaux  entraîneurs, avec le public".

Vidéo: la fête avec les supporters de Castres

Voir la video

AFP