Toulouse-Castres
Duel physique entre Toulousains et Castrais | MAXPPP - PQR - LA DEPECHE DU MIDI - XAVIER DE FENOYL

Castres-Toulouse, lendemains de gueules de bois

Publié le , modifié le

L'ultime rencontre comptant pour la 17e journée du Top 14 oppose deux déçus de l'Europe, Castres face à Toulouse (20h45). Si les vice-champions de France castrais savaient leur destin européen compromis, les quadruples champions d'Europe sont tombés de haut en allant s'incliner à Montpellier lors du week-end précédent. Dans ce derby entre deux équipes éloignées de leurs standards habituels, la capacité de réaction va être mise à rude épreuve.

Quarante-sept points dans la musette pour Castres à domicile contre les Harlequins (47-19). Un point de retard mais la porte des quarts de finale qui se referme dans le museau pour Toulouse à Montpellier (27-26). Le dernier week-end a été particulièrement néfaste pour les deux clubs. Et les voici face à face, dans un championnat qui ne leur a pas beaucoup souri depuis le début de la saison. Toujours pas sorti de la zone de relégation malgré un net regain de forme, le CO devra faire sans sa charnière Kockott-Talès, retenue par le XV de France pour préparer le premier match du Tournoi des 6 Nations contre l'Ecosse, samedi prochain. Toujours à la limite des places européennes, le Stade devra également se passer de son capitaine Dusautoir, de Maestri et Huget, retenus avec les Bleus pour les mêmes raisons. 

Un match vital pour Castres, primordial pour Toulouse

"On a l'impression de faire beaucoup d'efforts sur le terrain et à chaque  fois, on prend 50 points. Il n'y a aucune sérénité, aucune certitude", souffle  le centre Romain Cabannes. Des certitudes qu'il va falloir vite retrouver pour ne pas hypothéquer un  peu plus les chances de maintien du champion 2013 et vice-champion 2014 en  perdant face à Toulouse. "Ce match contre Toulouse est tout simplement capital pour nous. Le moindre  point perdu peut être rédhibitoire malheureusement pour la survie du club en  Top  14 . On est déjà à deux défaites à domicile (face au Stade Français et au  Racing), c'est quitte ou double. On pourra pas se permettre d'en avoir trois ou  quatre alors qu'on est incapables de prendre le moindre point à l'extérieur", martèle Cabannes. "On joue très très gros, on joue à la vie, à la mort", renchérit le  capitaine du CO, le deuxième ligne uruguayen Rodrigo Capo Ortega.

L'impératif d'un résultat est également ressenti du côté toulousain, où Wiliam Servat, l'adjoint de Guy Novès, estime qu'une défaite ne serait pas "synonyme d'élimination" pour les phases finales mais "cela serait une cartouche en moins". Et un caillou en plus dans la chaussure d'un club qui vit dans une ambiance de mini-crise et qui pourrait surtout vivre une saison catastrophique...