Castres - Teulet : "Impensable de ne pas prêter main forte"

Castres - Teulet : "Impensable de ne pas prêter main forte"

Publié le , modifié le

Appelé par Castres, qui reçoit samedi Clermont (20h45) en Top 14, pour l'épauler dans sa mission sauvetage, l'ancien arrière du club Romain Teulet juge qu'il aurait été "impensable de ne pas prêter main forte" à ses anciens coéquipiers.

Comment s'est jouée votre arrivée en tant qu'intervenant auprès  de l'équipe ?

Romain Teulet : "J'avais déjà des fonctions au sein de l'association du CO même si elles sont réduites en raison de ma mission au sein du XV de France (où il est en charge des buteurs, ndlr). C'est le président Pierre-Yves Revol et (l'entraîneur) Mauricio Reggiardo qui m'ont demandé de me rapprocher de l'équipe pro au vu de la situation du club. J'y ai passé 13-14 ans en tant que joueur, je connais le groupe. Cela m'était impensable de refuser de prêter main forte à ce club qui m'a permis d'être ce que je suis, je lui dois beaucoup. Je consacre donc le temps qu'il me reste à assister Mauricio ou David Darricarrère (l'entraîneur des trois-quarts) à travers des "skills" (ateliers techniques) et le jeu au pied."
   
Auriez-vous pu imaginer un jour le CO dans une telle situation ?

R.T. : "Pour moi, c'était inimaginable. Une finale (de Top 14) l'an dernier, un titre en 2013 mais surtout depuis cinq ou six ans on jouait régulièrement les phases finales. On était un club qui s'était installé dans le haut du tableau et se dire qu'aujourd'hui on joue le maintien en Top 14, on n'aurait pas pu imaginer un tel scénario."
   
Dans quel état d'esprit sont aujourd'hui les joueurs ?

R.T. : "La situation est extrêmement difficile, on sait que cela va se jouer à pas grand-chose, jusqu'au dernier match. Mais je trouve qu'il y a un état d'esprit très différent qu'il y a quelques semaines, comme s'il y avait eu un déclic. Mauricio Reggiardo a redonné beaucoup de confiance par l'affectif. Les joueurs, petit à petit, se sont resserrés, repris en main, ont retrouvé une nouvelle flamme. C'est ce que Mauricio a réussi à déclencher mais c'est aussi parce que tout le monde s'est remis en question, est reparti de l'avant et y croit. On sent qu'aujourd'hui les joueurs adhèrent, la qualité des matches est totalement différente et si on s'en sort, on lui devra une fière chandelle."

Comment voyez-vous le match contre Clermont ? Ce n'est surtout pas le  moment de vous relâcher...

R.T. : "On est sorti de rien du tout. Ce n'est pas parce qu'on est sorti de la zone rouge qu'on est sauvés. On perd ce week-end et on rebascule. Jusqu'au 23 mai (date de la dernière journée, ndlr), ça va être la même chose. Aujourd'hui chaque match est un match de phase finale, chaque point va compter, il n'y a pas de calcul à faire. C'est mission sauvetage, il faut se jeter dans la bataille et on fera le calcul à la fin. Clermont arrive avec une finale de Coupe d'Europe après notre match mais on sait très bien qu'ils ne vont pas se tromper d'objectif. Pour la simple et bonne raison que le dernier match de Top 14, ils l'ont perdu chez eux contre Oyonnax et ils vont vouloir remettre les compteurs à zéro. C'est une bête blessée. On est prévenus et on sait ce qui nous attend, quels que soient les joueurs qui vont se présenter sur le terrain."

AFP