Castres - Toulon
Le demi de mêlée castrais Kockott à la manoeuvre devant la défense du RCT | AFP - REMY GABALDA

Castres refait le coup

Publié le , modifié le

Dans un remake de la dernière finale du Championnat, Castres est à nouveau venu à bout de Toulon lors de la 6e journée du Top 14 (22-15). Au terme d’un match fermé et d’un féroce combat, les Tarnais sont sortis vainqueurs grâce à un essai de Mach et au pied de Rory Kockott.

Comme en juin dernier, Castres a imposé sa loi à Toulon. Et comme en juin dernier, le CO a gagné au terme d’un âpre combat. Sur la pelouse d’un Pierre Antoine baigné par le soleil, les trente acteurs n’ont pas offert beaucoup de spectacle. Seul l’arrière international Brice Dulin s’est risqué à des relances et a brisé la monothonie d’un jeu basé sur les chandelles et la bataille des rucks. Mal à l’aise à l’extérieur avec une seule victoire à Biarritz la semaine dernière pour un nul à Montpellier et une défaite à Grenoble cette saison, le RCT s’est appuyé sur la botte de Jonny Wilkinson, auteur de tous les points de son équipe. Déjà défait à trois reprises en cinq sorties, le CO devait lui marquer son territoire. Pourtant, les hommes de Bernard Laporte démarrent mieux, profitant des fautes au sol de leurs adversaires. Pris en photo en train de s’entraîner aux tirs au but sur le parking du stade, Wilko est chaud et passe deux pénalités (0-6, 5e).

Mach brise le mur toulonnais

Talent d’or de la dernière finale de Top 14 entre les deux équipes, Rory Kockott ne met pas longtemps à répondre à Sir Jonny (3-6, 9e). M. Gauzère multiplie les coups de sifflet mais l’Anglais manque la cible (14e). Trois minutes plus tard, Brice Dulin allume une première mèche. Les Tarnais opposent à la passivité toulonnaise une envie de jouer, symbolisée par deux pénaltouches dans les 5 mètres adverses qui ne donnent rien. A la demi-heure de jeu, Kockott balance un drop de 48 mètres en coin entre les perches (6-6). Wilkinson a beau répliquer, les intentions de jeu des hommes de Milhas et Darricarrère sont récompensées avant la pause. Mis sous pression par un coup de pied, Palisson concède la touche à 5 mètres de sa ligne d’en-but. Le CO fait parler sa science dans cete exercice et envoie Brice Mach à l’essai d’un maître groupé pénétrant (13-9, 38e). Les locaux prennent la tête pour la première fois du match. Sur un lancement de jeu manqué derrière une mêlée, ils manquent d’offrir un essai aux champions d’Europe en titre.

Dulin relance à tout va, Kockott enquille

Wilkinson fait fructifier (13-12, 51e). Dans la foulée, l’ouvreur varois se loupe face aux poteaux mais se rattrape en passant un drop (13-15, 57e). Dans ce match haché, le leader du Top 14 offre l’opportunité aux Tarnais de reprendre le score sur le renvoi (16-15, 58e). L’intenable Dulin donne un nouveau but à son demi de mêlée sud-africain au terme d’une course folle. Sans ciller, Kockott enquille (19-15, 66e). Dans ce duel de fines bottes, Wilko craque le premier deux minutes plus tard. A la 73e minute, son vis-à-vis assure définitivement la victoire des siens (22-15). Meilleur joueur de la finale, celui qui avait annoncé vouloir quitter Castres en milieu de saison dernière avant de se raviser partage cet après-midi le costume de héros avec Brice Dulin. Avec l’ancien agenais, le CO a un tout autre visage. Le RCT, lui, rame toujours loin de Mayol.

Jerome Carrere