Castres n'échappe pas aux griffes de Montpellier, qualifié pour les demies

Castres n'échappe pas aux griffes de Montpellier, qualifié pour les demies

Publié le , modifié le

Montpellier s'est qualifié pour les demi-finales du Top 14, en dominant Castres (28-9) en barrage. Grâce à une très bonne entrée en matière, marquée par un essai de Nagusa (13e), les Héraultais ont rapidement pris le match en mains, confirmé par un essai en force de Willemse (52e, 16-6), et un ultime essai en contre en fin de match de Spies (75e, 28-9). Vainqueur du Challenge européen, Montpellier défiera Toulon en demi-finales.

L'échauffouré n'a rien changé. Dans le temps additionnel, alors que le score était déjà largement acquis aux Montpellierains, les joueurs des deux équipes ont remis le rugby d'antan au goût du jour. Mais cette partie de manivelle n'a pas retiré aux Montpellierains leur qualification, et n'a pas retiré leur frustration aux Castrais.

Pour ce quatrième affrontement en six ans en barrages, les deux équipes n'ont pas évolué au même niveau. Auteur d'une très belle entame, Montpellier a montré que le premier titre de son histoire, en Challenge européen, ne l'avait pas rassasié. Une pénalité de son ouvreur Catrakilis (8e), un essai en coin de l'inévitable Nagusa (12e), le MHR se lançait parfaitement. A l'opposé, Castres ratait sa première possibilité sur une pénalité d'Urdapilleta (26e), juste avant que l'ouvreur héraultais ne passe la sienne (33e, 11-0). Juste avant la pause, Urdapilleta débloquait le compteur castrais (37e, 11-3).

Le changement à Montpellier

Au retour des vestiaires, Castres semblait mieux, avec une pénalité de Kockott (48e, 11-6), mais quatre minutes après, la puissance des hommes de Jack White faisait la différence avec un essai en force du Sud-Africain Willemse (52e, 18-6). La maladresse des tarnais était à tous les étages, à la main comme au pied comme l'illustre ce nouveau raté de Kockott (61e), qui se "rachetait" à la 64e (18-9). L'espoir revenait du côté des Castrais, avec un carton jaune infligé à Jannie Du Plessis, auteur d'une brutalité (65e). Mais malgré cette supériorité numérique, malgré une envie de recoller, le CO était encore pénalisé. Steyn touchait le poteau (69e), mais Catrakilis ne ratait pas la cible (73e), avant que le 3e ligne centre, Spies, ne vienne conclure un contre assassin (74e).

Alors que Castres avait pris l'habitude de barrer la route aux joueurs de Montpellier (3 victoires et 1 défaite en barrages lors des six dernières années), ce sont bien les hommes de Jack White qui défieront le RCT, la semaine prochaine. Preuve que les temps ont changé, et que le MHR évolue. Les hommes du pragmatique entraîneur sud-africain devront encore venir à bout de Toulon, une autre équipe qui assoit sa domination sur l'acier de son paquet d'avants. Rendez-vous est pris samedi (20H45) à Rennes pour une confrontation inédite en phase finale mais dont on a eu deux fois l'avant-goût cette saison lors de roboratives parties, l'une en faveur de Toulon (52-8) et l'autre de Montpellier (36-21).

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze