Castres-Montpellier, les frères ennemis

Castres-Montpellier, les frères ennemis

Publié le , modifié le

Pour la quatrième année de suite, Castres et Montpellier s'affrontent en phases finales. Mais après s'être croisés uniquement en barrages, c'est en demi-finales que Castrais et Montpellierains se défient, aujourd'hui à Lille. En rivalité pour le poste d'ouvreur du XV de France, Rémi Talès et François Trinh-Duc seront face à face. Derrière les médiatiques cadors du Top 14 que sont Clermont, Toulouse, Toulon, le Racing, les deux clubs sont moins portés sur les stars, et cultivent leur côté "outsider". Cela n'a pas empêché Castres d'être champion la saison passée.

René Ranger ou James Beattie, Rory Kockott ou Max Evans, cela a une belle résonnance dans le monde du rugby. Mais ce n'est rien à côté de Sitiveni Sivivatu (Clermont), Jonny Wilkinson ou Bakkies Botha (Toulon), Luke McAlister (Toulouse) ou encore Jonathan Sexton ou Juan Martin Hernandez (Racing-Métro). Voilà les clubs qui attirent le plus de lumière dans le Top 14. Montpellier et Castres n'ent font pas partie, mais comme eux, ils jouent les premiers rôles. Les Tarnais enchaînent cette année leur cinquième qualification pour les phases finales, tandis que les Héraultais en sont à quatre de suite. Cette constance, ils l'ont bâtie dans la discrétion, presque dans l'ombre, loin de la lutte pour attirer les plus grands joueurs de la planète que se livrent les ténors. Champion de France l'an dernier, le CO a montré la voie. La première qualification directe pour les demi-finales de Montpellier grâce à une belle 2e place lui offre l'espoir de faire pareil.

Cette demi-finale est une première entre deux clubs habitués à se croiser en phases finales. Les trois saisons passées, ils se jouaient au stade des barrages. Une victoire de Montpellier (18-17) en 2011 avant d'atteindre la finale, deux de Castres (31-15 en 2012, 25-12 en 2013), tel est le bilan jusqu'à ce jour dans la dernière ligne droite. Mais globalement, l'avantage est très net pour les Castrais, vainqueurs de 7 des 8 dernières confrontations avec le MHR. Une demi-finale demeure néanmoins un match à part. Les deux équipes, habituées à envoyer du jeu, vont-elles maintenir le cap ou réduire leurs ambitions pour éviter le contre assassin ? 

Talès - Trinh-Duc, le duel des ouvreurs internationaux

Ce match sera particulier pour certains, comme Julien Tomas, formé à Montpellier mais parti cette saison à Castres avant de refaire ses valises la saison prochaine pour le Stade Français, ou Yoann Audrin, ancien du CO arrivé à Montpellier avant de prendre le chemin de la Capitale pour le Racing l'année prochaine. Cet affrontement sera surtout le dernier en cas de défaite pour l'emblématique 3e ligne de Montpellier Gorgodze, en partance pour Toulon, ou pour l'emblématique buteur Romain Teulet, futur retraité et membre du staff du XV de France. Mais le match dans le match aura lieu à l'ouverture. Boudé par les sélectionneurs du XV de France, François Trinh-Duc fera face à Rémi Talès, ouvreur le plus utilisé par Philippe Saint-André depuis un an. Les deux hommes n'ont pas le même jeu, mais la même ambition de jouer. Ils sont surtout des leaders majeurs de leur formation. De leur performance dépendra le sort du match, de même que celle des deux feu-follets devant eux, Rory Kockott et Jonathan Pélissié, rois du démarrage au ras, et peut-être tous deux futurs rivaux à la mêlée en équipe de France, puisque le Sud-Africain est désormais sélectionnable.

Pour aller une deuxième fois au Stade de France, les deux équipes vont se livrer une grosse bataille dans les zones de conquête. Dans le secteur de la touche, c'est le CO qui fait référence, avec 80% de réussite dans l'exercice en saison régulière soit le meilleur ratio. "C'est un travail qui a été accompli depuis maintenant cinq ans", déclare le  pilier Yannick Forestier. "Tous les ans, on essaie de grandir à ce niveau-là. Je  ne sais pas si c'est la meilleure de France, mais au bout d'un moment, le travail paie." Pour contrer l'alignement castrais de premier ordre (Samson, Caballero, Gray), Fabien Galthié devrait compter sur le retour de son capitaine Fulgence Ouedraogo pour ne pas être outrageusement dominé. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze